alteregofatim

My Alafia Youth Empowerment adventure

Peace in the world must begin with inner peace.


it is in this perspective that I represented Mali at the Alafia Youth Empowerment Fellowship which took place from 11 to 15 September in the Republic of Ivory Cost. Alafia Youth empowerment fellowship is a peace revolution initiative, a program that aims to promote peace in the world by supporting individuals to find inner peace: world peace through inner peace (www.peacerevolution.com). The program supports participants commonly known as peace rebels, so that they begin to cultivate peace in themselves through the practice of meditation (Inner Peace Time).


For this program, around forty young leaders from Benin, Cameroon, Guinea Bissau, Burkina Faso, Morocco, Republic of Congo, Togo, Ivory Coast, Mali, Guinea, Ghana, Liberia and Nigeria had the privilege of to be selected and benefit from special supervision with high-level trainers, especially Thai monks.

For me, this program of personal development and meditation fell well. The meditation that was previously unknown in Africa and especially in Mali was discovered by me through this program of Alafia Youth Empowerment Fellowship and Peace Revolution.


When we live at 100 per hour, we do not really have time to analyze our life, worse, we let ourselves go into the whirlwind of everyday life that makes us lose the notion of everything. For us young leaders of the new generation, time is a privilege, we bear so much responsibility that we sometimes forget ourselves.
Yet, this relentless pursuit to achieve our goals, impact our community, meet challenges, and prove ourselves as a leader impacts us: depression, chronic fatigue, acute stress, morale at low levels etc. …

in addition many people committed suicide because they were very unhappy inside themselves but unfortunately their entourage could not perceive anything because the appearance took over the mind in our society.


And so, I personally think that sometimes, to save yourself from this whirlwind, we just have to know how to leave, to come back better. Cut short with everyday life and habits. Take a break and try a few things again. Simply because it is difficult for the brain to take a step back when it is plunged into a daily life. And as I pointed out above, It is even more difficult for a person living in the big city to find moments off, a person like me who works from 8:00 am to 6:00 pm, who evolves in several activities, to have time for himself, time that will allow him to meditate and wonder about what makes his life.
We must admit that we have more time for ourselves, to find ourselves, to sort out our feelings and our emotions, to be reborn from the ashes and to take stock of his life. And this problem, Alafia Youth Empowerment Fellowship via peace revolution understood it well.


Our training took place in a very unusual atmosphere. Restrictions for our own good have been put in place to make us spend an extraordinary stay. During the stay, no right on the phone, no right to the computer or anything that could be a technological device such as TV, tablets, Mp3 etc. … No indecent dress or color too strong or tape to the eye, the required outfit was our white T-shirt offered by the Alafia Youth Empowerment Fellowship via Peace Revolution and a comfortable white pant that reaches the foot.


Also, we were not allowed to use perfume, accessories, jewelry or makeup. The goal was to find oneself with no artifice and to assume one’s self as one appreciates each part of us.
We were entitled to two meals a day, one breakfast and lunch, no meal for dinner, however we could have yoghurt and one fruit. The purpose of this restriction was to adapt our body to a healthy diet that encourages the body to rest during the night and to easily digest food. And from my research on this subject, I learned that fasting at night is good for the body.
The training was intense, we wake up at 5am every day, to practice our first activity of the day which is meditation, commonly called our » inner peace Time  ».
Meditate? it’s one of the best sensations that can exist, we end up with ourselves, we visualize his life like a film that passes and repasses, but especially what is the most difficult for a start is to weave a link between his body and his mind.
I took pleasure during our meditation sessions to rethink my life, to take a step back, to soften but especially to understand the peace of the heart: Meditation allows to place our focus where we wish.
I remember this sentence from one of our monks, the highly respected Luang Phi Jhon :

if you clear your mind, you will understand what you need.


to tell the truth, listening to our monks, tell us about life with wisdom gave me a good deal, I realize that life is so simple if it is simplified.
After our meditation sessions, we went to the beach to do gymnastics, a holy spirit in a healthy body. For me who had neglected the sport for many years, this mixed aerobics gym session has incredibly relaxed me. My body relaxed, expelling all fatigue and soreness due to the trip we had made the day before. The atmosphere was good, the participants seemed fulfilled, enjoying the superb view that was offered on the beach of Grand Bassam.


When our morning sport ended, we joined the dining room for a hearty breakfast, I noticed that I eat with appetite, with envy, especially with taste, I am surprised to finish my plate and want some more.
It’s the effect of sport that makes your body crave more food for more energy. Oh yeah, we had to eat well because the day was going to be long.
Moments after breakfast, we ended up in the meditation room for our second session of Inner peace time and personal development classes. It is a rather special course because we were immersed in the reality of life of the monks, impregnated in their daily lives and their way of life. I was dazzled by the wisdom of the monk Luang phi John, a calm and educated man, who alone is a library, he taught us the school of life, happiness, joy of living, forgiveness, recoil, positivism. Essential courses for a well-being without flaws.

Happiness is not a destination

these are the words of the monk Luang Phi Tikkaviro .

This monk had a particularity because he had an incredible aura, he looked happy all the time, and I found my serenity during his class. I realize then the luck that I have by participating in this Alafia Youth Youth Empowerment Fellowship.

Chance yes, because what you need to know is that every day man picks up positive elements and negative elements in his life. To empty themselves of these and limit their influence on the well-being, it is necessary daily, to take a moment of solitude, in which one talks with oneself. And just these meditations of Alafia Youth Empowerment Fellowship and these spiritual exercises that we have practiced during these few days to change my vision of things:

Discipline my mind for a life more fulfilled.

Alafia youth empowerment Fellowship is also moments of relaxation, where we did various activities at the edge of the lagoon, the beach, the guest house … to allow us to know us even better between participants. An extraordinary networking that has paid off, as many of these participants find themselves in common.
But above all, the purpose of this training was to make us agents of peace: a « peace rebels. » To bring peace around us, by creating peace clubs and making efforts to perpetuate the work of all the agents of peace.

We must fight for peace in the world. This peace will allow us a good health, a good education, a good education, a better future, a better development, and so many beautiful opportunities etc.
The world would be so much better if everyone took responsibility for their own happiness and did their best to make life easy for others.

If each program is a real life lesson, this Alafia Youth Empowerment Fellowship has personally transformed my way of seeing things, because in the end, I assume the woman that I am without artifice, an inner operation was done in me, I am more assagiated, more confident, more open and determined to give me time whatever happens, to do good around me, to inspire others, to reform mentalities, to show the good example and to impact positively around me.
The real happiness is to realize the luck we have because we simply live.
Just remember this sentence: life is either a daring adventure, either nothing at all.

Peace rebel forever!


Afresist Kenya: These young leaders who inspired me

Imagine Africa in miniature!

where young people have a real volition and a spontaneous desire to change the course of history.
Imagine for a moment! that today we have potential in African youth more than anywhere in the world.

Well! this Africa I met him during my training at the Afresist Young Leadership Program in Nairobi, Kenya https://alteregofatim.mondoblog.org/2019/08/26/afresist-kenya-the-other-face-of-africa-that-i-discover/
But before I tell you about Africa, let me tell you how I experienced this extraordinary experience. The fantastic people that I had the chance to know, and especially to talk to you about these young people who dream of moving Africa and which fortunately arrive there little by little.
Participating in the Afresist Young leadership program was evident to none of the participants, as the selection was intense on several levels; we had to deal with several high-level, often difficult questions. The goal was surely to make a quality program with tenacious young people who have proven themselves in leadership,
Afresist wanted young people with resilience and who can convey the messages of Africa;

After that, a preselection took place, selecting about fifty candidates, this step was crucial and even more difficult, because it was necessary to make a video of 2 minutes in which we had to convince and speak concretely about our projects, our achievements and our motivation to participate in the program.

which was a bit difficult for the Francophone participants, because the language of the training was English. In fact, through this program, I realized that the problem in Africa, especially in the French-speaking countries were the language problems, and especially English; In my humble opinion, there are many opportunities for young Africans, but many are stuck with the problem of understanding the English language, especially young people in French-speaking countries, because most of the best opportunities are in English. (Thanks to this experience of Afresist, I also thought about opening language centers specifically to train young people in English, and this from an early age).

In short, after being finally selected for the program we had a video conference with all the participants and the organizers, finally ending up in Nairobi, Kenya. My stay in Nairobi was enriching, I met young people who sincerely inspired me much , too much I must to admit, and that’s the reason why I decided to make this article, I am sure that after reading this article, many young people will be inspired, yes, the value does not wait for the number of years:

Agnes Masese Ogeto is the first profile I want to introduce. She is a young woman so sweet and kind that we come to appreciate at first sight. But his leadership does not stop only with his kindness. Agnes is a young Kenyan leader passionate about music as a tool for youth empowerment. She is a medical Psychologist by profession, a peer mentor and the founder of Music for youth Empowerment Movement aimed at; providing a life – changing opportunity for youths to experience the power of music to unleash their potential and build their character. She basically has only one hobby and that is travelling.

PETER NGUAFAC TEMATE FONGEH is my 2nd profile, very educated and cultured. he is from Cameroon, and a final year student at the University of Pretoria offering masters in sexual reproductive rights in Africa. He founded a youth organization Vision in Action Cameroon (VIAC) whose aim is to empower communities especially the young people with the knowledge and rights regarding sexuality and reproductive health so as to enhance their health rewarding behaviours as well as safety.
Peter is skilled in developing programs on empowering young through information and skills training to make informed choices grow into self-actualized adults capable of contributing to a better society.
He is passionate and involved in community mobilization, advocacy and youth activism. His passion gained him the position of Mobilizing officer with Afrika youth Movement, a Pan-African action-oriented social movement that strives for the development, active participation and leadership of African youth in the fight for peace and social justice and currently he is the acting co-chair.


IRUMVA Vanessa my 3rd profile is one of the most introverted women I’ve had the chance to know. Vanessa is from Burundi. Doing master degree in Kenya under a African Union scholarship known as Pan African University. She is interested in Neglected Tropical Diseases which affect mostly poor people in remote and rural areas. Currently she is working on a disease called Sleeping Sickness . She believes that we should all have access to health and well-being with no one left behind including the poor ones.
Also , She is a member of the Organization for Women in Science in the Developing World(OWSD) ,and a member of Royal Society of Tropical Medicine and Hygiene.
Vanessa is passionnate by Science, that’s why she is a molecular Biologist and and its development in Africa. Another aspect about science, she would like girls to be more involved in it that’s why she do participate in outreach activities among girls in poor and rural areas.

Zaid My 4th profile, is our great genius that comes from Libya, young, it is part of the hopes of the rising generation of Libya. His name is Mohamed Zaid Ramadan.Multipotentialite, he is a programmery, Writer and Youtuber, Instructor at
Udemy and Maharah, he has a project called FASEL Project to help university
students and electronic services . he participated in FIRST Global Challenge
FGC17 and FGC18 ‘Global Robotics Competition.hé is Programmer accredited by the Libyan Ministry of Labor, Sololearn Academy, a strategic planning certificate from HP,also participed in the International
day of Arduino, and many more. Zaid was a TEDxYouth Speaker, made a
club called Programmers Club in Libya, to guide people in how to start
programming .Libyan And live in Tripoli, he mainly works as Head Coach for LYBOTICS Youth Team


Alhafiz Hassan Ahamat my 5th profile was my alter ego of adventure Afresist, our complicity was normal and obvious as we were the only two French-speaking participants in the adventure. Hafiz is from Chad, and like me, he is Country Director of the Global Peace Chain in his country. Hafiz is a young volunteer and member of several youth associations. He is one of the founding members and current Secretary General of the association « Action for Solidarity and Support for Vulnerable Groups ». This association works to assist the poor people morally, physically and technically speaking orientations. Alhafiz is also the Coordinator of the World Youth Program at the United Nations Association Youth Section of Chad on which promote the values of the UN. During his stay at the University of N’Djamena, Alhafiz Hassan was the Coordinator of the National Union of Chadian Students in the Faculty of Legal and Political Sciences and a member of the Disciplinary Council of the Faculty. He is bachelor in Public Law and currently a Master’s degree in Public Basic Law. Currently, he is the Representative of the African Leadership Program Camps. He had participate in several youth meetings on the continent.


OKELLO’O JOSEPH aka Hasla, my 6th and last profile of this article, is my confirmed leader, from South Sudan, Hasla is one of the most inspiring young people I’ve ever known, he’s brave and enterprising by nature. Hasla was born on 7th July, 1994 during the drastic aftermath war of Sudan. He came to Kakuma Refugee Camp, Kenya at the age of 5 with the company of his aunt who later left his alone at the age of 9 till now. Currently he works as an editor and photographer for THE REFUGEE MAGAZINE and External Communication link for FilmAid INTERNATIONAL. he writes articles and publish poetries for his poetry platform. Hasla also create for his affiliation VINIA PRODUCTIONS where they make films and documentaries revolving around people living within the Camp, and he also help the head trainer, ISAAC OUMA in training the FilmAid media students.

As you have already understood, my stay was really rich in learning. With these young people, I am once again convinced that things will change slowly and positively for Africa. I am also sure that many young people in every corner of Africa are doing their best to impact their community and surely just need to take a chance. Programs like Afresist are perfect examples to train and guide young Africans; for us who have been fortunate to have such an experience, I think our role now would be to encourage other young people to fight for Africa while instilling in them and conveying lessons learned .


It’s time to build the Africa we want.


Afresist Kenya : the other face of Africa that I discover

From June 15 to 22, 2019, I had the chance to take part in the 1st phase of the Afresist Young Leadership program held at the Global Platform in Nairobi, Kenya.

A rewarding experience that allowed me to know more about my Africa and especially to be able to convey my vision as a young woman leader.
Several participants from Chad, Somaliland, Uganda, Tanzania, Burundi, Cameroon, South Africa, South Sudan, Libya, Mali and especially Kenya took part to this training, in order to connect and build the Africa we want.


This training focused on several themes including Pan-Africanism, female leadership, nonviolence and many others.
For me, who had never participated in a training program focused on Pan-Africanism, I realized that, we, young Africans, need to recharge our batteries through the history of our predecessors and our ancestors who fought to let for us an inheritance;
Through this formation of Afresist, I was able to extend my knowledge on Pan-Africanism which is a political and cultural movement that considers Africa, Africans and African descendants out of Africa, as a single group aiming at to regenerate and unify Africa, as well as to foster a sense of solidarity among the peoples of the African world.

For Afresist, it does not matter if we are black, white, mixed race, living in Africa or not, we are all concerned by this movement, if not this concept of pan-Africanism.
Afresist wants to promote the uniqueness of Africa by Africans and in Africa. It aims to be a promoter of African unity, to solicit young people to campaign for civil rights, for fair and sustainable justice, to advocate the principles of freedom, justice and equality.
Also, subjects like nonviolence were dealt with, which was necessary especially for me, who came at the time from a red zone in full conflict that is Timbuktu;
With this formation of Afresist, we learned to put in place strategies of conflict management thanks to the nonviolence, an ethics which refuses the process of legitimization of the violence and which praises the respect of the human person and the life.


Nonviolence is a mode of relationship that promotes dialogue and mediation in a constructive approach to conflict and can result in large-scale collective action. And with Afresist, nonviolence is also a project: to build a culture of peace, a democratic society based on tolerance and respect for everyone, especially through the youth we are.


As a blogger and activist in my country, I am a partisan of non-violence because for me peace is an everyday project that concerns us all. Laying the groundwork for a life together where everyone can flourish in the respect of all, is a key issue.
For example, Timbuktu, the sixth administrative region of Mali, was disrupted in 2013 due to a crisis of rebellion and jihadists. Today, Timbuktu is a city destroyed by terrorist attacks that has led to the extreme poverty of the population and the radicalization of young people.
And thanks to Afresist I think that these techniques of eradicating violence can be adaptable to the typical conflicts of the city of Timbuktu.

Also, thanks to this formation of Afresist, I discovered in me a great feminist who wants to surpass herself and wants to help other African to pass the stereotypes course.
Our studies and our practical cases inspired me well, and with the other trainers and partipants like Syeda, Liliane, Makena, Agnès, Aya, and Vanessa, a strong women, that stood out among so many men and women, I realized that as women, we can open new avenues for African women and, above all, reform outdated mentalities.


Being a woman leader of Afresist is opening up new perspectives for women and girls around the world. To influence our young sisters and the generation of women to come, to stand up to the acerbic critics and to do good for their country and their community, even if they are women.
Afresist is also those young people who are crazy enough to think that they can change the world and bold enough to actually do it.

To finish with this article, I would say that this Afresist project was an incredible opportunity for me, because it was a perfect example of Pan-Africanism where each participant brought his own cultural baggage, in order to open the way to innovative solutions, greater creativity in strategy and development, better ability to adapt to changes and a better ability to anticipate them.
Personally, I felt so lucky to be part of this responsible youth, for a better world. To collaborate with these young open-minded, eager to understand different walks of life, but above all, who have proven themselves in excellence in resilience.


And today, when I talk about young leaders, I am referring directly to those people I knew in Afresist, these young people who are real dedicated to solve complex problems of Africa. Who live to impact and leave their footsteps in the name of this Africa. But above all, who inspired me so much that I am certain that the change of Africa will be made by my generation .

This first phase of the Afresist young leadership program was a great success;


Strongly the second phase!


Friends Trips V: Une journée à Thiès

La dernière fois que j’étais au Sénégal https://alteregofatim.mondoblog.org/2017/11/28/yali-dakar-restera-a-jamais-coeur-sejour-moments-forts-souvenirs-revoir-plein-despoir/je me suis limitée qu’à la ville de Dakar seulement, cette fois n’étant liée à aucune organisation et libre de mes mouvements, je pouvais étendre mon tourisme au-delà de Dakar, notre choix s’est porté sur la ville de Thiès, dont la réputation la précède. La région de Thiès est l’une des quatorze régions administratives du Sénégal. Elle est située dans l’ouest du pays, en couronne autour de la presqu’île du Cap-Vert. Le chef-lieu régional est la ville de Thiès. https://fr.wikipedia.org/wiki/Thi%C3%A8s_(r%C3%A9gion)

Thiès est l’une des villes du Sénégal les plus fréquentées par les Maliens, pour la simple raison qu’elle est liée à Kayes par une ligne ferroviaire. Et en effet l’histoire de Thiès est marquée par son activité ferroviaire. Elle est connue comme « la ville aux deux gares ». La construction de la ligne de chemin de fer de Dakar à Bamako fit de la ville un lieu de passage incontournable. De nombreux ouvriers de la sous-région sont venus travailler à la régie des chemins de fer. Ils sont finalement restés et se sont établis avec leur famille.Et Il paraît que notre chanteur musicien international Habib Koité soit née à Thiès Bref ceci est l’une des raisons qui fait que le Malien se sent automatiquement chez lui au Sénégal, nos deux pays partagent pas mal d’histoires.

Alors pour aller à Thiès, nous sommes passées par Rufisque, pour arriver à Diamniadio, je fus émerveillé par les constructions et les immeubles qui s’allongent en hauteur. Diamniadio est une cité prometteuse, elle semble vouloir faire concurrence à Dakar, ou du moins, elle tente d’être une échappatoire car la ville de Dakar semble saturée.

Apres Diamniadio, nous sommes passées par Sebikotane, et ensuite Toglou. Puis Le nouvel aéroport blaise Diagne flambant neuf.

La nouvelle autoroute qui mène à Thiès séduit avec un péage en construction. Je fus émerveillé par notre traversé entre deux collines.  Ces collines sont appelées le plateau de Thiès.

Juste après quelques kilomètres, nous voilà Enfin dans la ville de Thiès. Et plus précisément dans le nouveau quartier Fayoub de Thiès.

Où nous nous sommes rendu juste pour un passage éclair, mais les Sénégalais et leur hospitalité n’ont pas voulu nous lasser partir de sitôt, nous avons été obligé de déjeuner, malgré notre arrivée imprévue. C’est ça l’africanité, pas besoin de prévenir, pour avoir sa place, et quel qu’en soit la quantité du plat, tout le monde est la bienvenue et a de la place.

Notre déjeuner se passa dans le meilleur des ambiances, ce qui me toucha très profondément, j’y ai senti de l’amour et de la cohésion dans cette famille, tout le monde était présent au tour de ce grand plat de Thiéboudiène, le chef de famille, la maîtresse de maison, les enfants, la femme de ménage, et plus nous, les invités.

Pour ceux qui ne le savent pas, le Thiéboudiène est le mets le plus célèbre de la cuisine sénégalaise, le plat national. Et d’ailleurs j’ai entendu dire qu’il sera désormais classé patrimoine immatériel de l’UNESCO. Je n’en disconviendrais pas, car ce succulent plat fait à base de riz et de poissons est connu à travers le monde et le Sénégal. https://fr.wikipedia.org/wiki/Thi%C3%A9boudi%C3%A8ne

On mangeait tout en échangeant, dans le plus tendre des atmosphères, mais surtout la maîtresse de maison ne se fatiguait pas de nous distribuer les condiments et les poissons. Ce geste est typique de la vraie femme Sénégalaise, elles ont le sens de l’hospitalité et de l’accueil, elles font tout pour te mettre à l’aise, t’aide à manger et ne se lève jamais tant que tu n’es pas rassasié, cela pour ne pas te mettre mal à l’aise.  Le plat fut délicieux comme toujours, accompagné d’une tasse de « Ataye«  qui est le thé vert, ah oui, le Sénégalais ne badine avec le thé.

Après quelques causeries nous avons encore pris la route vers une autre famille.

En cours de route je remarque que Thiès est une ville en plein développement, et assez calme par rapport à Dakar, Thiès est considéré comme la 2ème grande ville du Sénégal après Dakar, mais il paraît que M’bour essaie aussi de prendre les devants.

Quelques minutes plus tard, Nous arrivons au quartier 10eme. Une accueille chaleureuse, nous est réservé par la maitresse de maison Yaye Habi, une dame tellement élégante et coquette.

Elle sentait tellement bon, que je n’ai pas pu m’empêcher de lui demander le nom de son encens.

Après les salutations nous prenions place sous la véranda, il faisait un beau temps, Yaye Habi nous servi des apéritifs et quelques amuse-bouche à grignoter. En entendant, elle s’affairait dans la cuisine avec l’assistance de ces filles, pour surement nous mijoter un plat digne de ce nom.

Et comme on s’y attendait, Yaye Habi nous a concocté un succulent plat de Thiéboudiène, et oui H et moi on était aux anges, on ne s’en lasse pas.

Après le repas, nous avons voulu faire des cents pas, histoire de nous promener un peu aux abords, et comme par coïncidence nous nous sommes retrouvées au < chambre des métiers de Thiès : village artisanal>

Le village artisanal est un espace dédié à l’exposition de la culture et de l’artisanat du Sénégal et spécialement de la ville de Thiès. Elle offre des activités telles que l’information, la sensibilisation, la formation, le perfectionnement, l’encadrement et l’assistance conseille  des artisans et des artistes.

En réalité, cet espace n’est pas seulement dédié aux vendeurs et revendeurs, nous avons eu la chance de rencontrer de véritables artisans à l’œuvre qui travaillent avec plusieurs matières telles que le cuir, le bois, l’argent, les tissages etc…

Ce village est un héritage pour la ville de Thiès, une partie intégrante de leur identité culturelle.

J’y ai rencontré des sculpteurs sur bois, des ébénistes, des tanneurs sur peaux, des maroquiniers, des cordonniers,  des menuisiers,  des tisserands, des couturiers, des peintres et des bijoutiers.

Durant ma visite, j’ai pris quelques photos souvenir de leurs belles expositions :


Friends Trip IV : à Dakar on décompresse

Après notre périlleuse aventure de la nuit dernière https://alteregofatim.mondoblog.org/2019/06/10/friends-trip-iii-oh-dakar-fus-choix-judicieux/ H et moi avions décidé de nous ressaisir pendant quelques jours. 😂😂😂  Il faut avouer qu’on était trop à fond.

Alors au programme : Dormir, dormir et encore dormir. J’en profitais pour ma part à répondre à quelques mails et jeter un coup d’œil à mes autres projets que j’essayais de gérer en parallèle. Oui c’est vrai que je suis en vacances mais je ne pouvais décemment pas négliger mes autres activités.

Bref dans la même foulée nous avons eu le plaisir de faire la connaissance d’une personne, notre voisin qui habitait en face de nous. Il s’appelait Mohamed mais avec H on préférait l’appeler notre voisin d’à côté 😂😂😂 ne demandez pas pourquoi, le surnom nous semblait juste fun et on  a passé tout notre séjour à agacer notre voisin d’à côté avec ce surnom  😂😂😂

Donc après quelques jours à bien dormir, H et moi avons pris une soirée pour aller nous relaxer à la plage des Almadies. L’une des plages les plus prisées de la ville de Dakar, elle est située  aux Mamelles, Ngor, Yoff et accueille autant les touristes que les natifs.

H et moi avons réservé une table tout juste au bord de la mer, avec un parasol qui donnait plus de sensualité à la chose. Aussitôt fait, nous avons passé notre commande avant d’aller nous promener au bord de la plage qui est surtout  magnifiée par des rochers

Je ne crois pas qu’il y soit prudent de nager là-bas, mais le décor est somptueux pour les amateurs de photos. L’ambiance était cool, des enfants qui jouaient au foot, aux adultes qui se prélassaient sur leur natte, en passant par des artistes qui faisaient leur spectacle, tout y était pour se détendre.

Avec H on a préféré se balader un peu dans l’eau, les pieds nus, marchands sur les petits cailloux, cet exercice était amusant,  et surtout nous nous sommes mise à la recherche de pierre précieuse,  on n’en sait jamais 😂😂😂

Après quelque vas et viens, nous daignons retrouver notre plat, notre commande était prête.

Mamamiaaaaa c’est vrai que je suis toujours contente quand il s’agit de manger mais là j’avoue que le plat était de taille. Ce grand sourire béat que j’affichais en valait le coup 😂😂😂

Notre plat était composé de plusieurs variétés de crustacés, du poisson capitaines, des crevettes, du poisson Thiof et beaucoup d’autres types de poissons dont je ne me souviens plus du nom. Et notre succulent plat était accompagné d’un délicieux jus de Bouye (fait à base de pin de singe)

En dégustant notre plat, j’assiste une scène incroyable, en effet, notre serveur qui nous a aussi réservé la table, semble avoir des compétences en pêche, car après nous avoir servi, il alla de sitôt dans l’eau pour pêcher des poissons qu’il servira surement à ses prochains clients. Au Mali nous n’avons pas vraiment l’habitude de manger du poisson très frais surtout venant tout juste de l’eau. Au Sénégal par contre la pêche a un autre sens, elle semble être une seconde religion. En effet la pêche est l’une des activités les plus exercées au Sénégal, et tant économiquement que socialement elle joue un rôle très important dans son développement. Mais aussi sur le plan alimentaire le poisson est l’une des nourritures les plus consommées au Sénégal, la majorité des plats sénégalais sont faits  à base de poisson.

Du fait de la qualité et de la variété de ces poissons, le Sénégal sert bon nombre de pays dans la sous-région.

Avec H nous avons savouré notre plat, bercés par la brise de mer et éblouis par ce couché de soleil à couper le souffle.

Les prochains jours qui ont suivi, H et moi voulions expérimenter  une autre activité : un parc d’attractions, et rien de mieux que le magicland de Dakar. Eh oui même étant adulte je raffole toujours des parcs d’attractions.  La magie des parcs d’attractions c’est aussi ce pouvoir qu’il a de nous ramener à l’enfance ne serait-ce que pour quelques heures. De retrouver son âme d’enfant. Et finalement je trouve qu’il n’y a rien de mal à renouer avec l’enfant que nous avons été.

Le Magicland de Dakar est le 1er parc d’attractions du Sénégal, situé sur la corniche ouest de Dakar, il bénéficie d’une situation géographique exceptionnelle avec vue sur l’océan. Il dispose de plusieurs salles de réception, de séminaires ainsi qu’un hôtel trois Étoiles. Beaucoup d’activités y sont organisées : Mariage, concert, séminaire, anniversaires, Arbre de noël, diner de gala, soirée dansante, journée récréative, piscine party (https://www.magiclanddakar.com/index.html )

Avec H nous avons pris notre billet à 2500 F CFA chacune, ce qui nous a valu dix tickets de jeu estimé à 250 F CFA.

Cet endroit est un paradis pour les enfants, que dis-je, les adultes que nous sommes ne se sont pas fait prier pour en profiter.

En Afrique, et surtout au Mali, la majorité des personnes pensent que les parcs d’attractions sont seulement réservés aux enfants,  très sincèrement je pense que non, en tant qu’adulte je suis une très grande adepte des parcs d’attractions. Et incroyable mais vrai, les parcs d’attractions ont bien quelques avantages tels que calmer son état de stress, de l’adrénaline en plus, permet de socialiser avec d’autres personnes qui ont les mêmes hobbies, c’est aussi un exercice physique. Et selon le magazine web Oh My Mag < les sensations fortes peuvent contribuer à lutter contre le stress>    https://www.ohmymag.com/stress/bien-etre-des-sensations-fortes-pour-lutter-contre-le-stress_art36784.html


Friends Trip III : Oh Dakar, tu fus un choix judicieux

Tant bien que mal, H et moi, sommes arrivées à destination, nous allons loger à liberté 5, un joli petit quartier tout tranquille, mais pour l’heure, il n’est pas question pour nous de jouer aux touristes.

Nous ne nous sommes pas vraiment installées ou essayer de déballer nos affaires, à 2h du matin tout ce qu’on voulait c’était dormir dans ce lit douillet qui n’attendait que nous. À tour de rôle chacune a pris un bon et délicieux bain puis a rejoint le lit. J’avoue que c’était l’une des meilleures sensations que j’ai eu durant toute cette aventure. Surtout avec cette fraicheur qui me berçait, cette couverture cotonneuse, Ohhh oui la douceur de ce drap qui me caressait la peau. Je me sentais si douce, si calme, si sereine, si détendue…  (😂😂😂😂😂😂 Bon okey j’exagère, j’avais  juste envie de dormir).

11h ! J’ouvre enfin les yeux, enfin pour dire vrai, c’est  les rayons du soleil qui m’ont obligé à ouvrir les yeux. Un moment drôle 😂😂😂😂😂😂 lorsque je lis de la stupéfaction sur le visage de H qui est étonnée d’avoir dormi autant. On aurait cru qu’on s’était réveillé sur une autre planète.

Nous nous hâtons pour prendre notre bain histoire d’aller chercher un petit déjeuner car nos ventres commençaient sérieusement à gargouiller.  Je me surprends à admirer le quartier où on logeait, chic, tranquille et calme, avec de très jolis bâtiments, je m’y plais déjà.  Nous tournons un peu en rond avant de trouver enfin un restau pour prendre notre petit déjeuner. Nous avions tellement faim que H et moi s’impatientait, surtout que l’odeur de la nourriture me titillait les narines avant même que je ne vois le plat commandé, un double supplice je vous dis.

Après notre copieux et succulent petit déjeuner, nous sommes rentrées à l’appart  pour un second round de sieste, on en avait bien besoin je ne crains.

 

Vers 16h, on s’est préparé avec H pour aller faire un tour en ville, je me sens subitement toute contente,  libre et sans aucune obligation envers qui que ce soit, envers quoi que ce soit. Faut avouer que mon père a toujours été quelqu’un de très strict, nos mouvements étaient toujours limités, nos sorties étaient toujours contrôlés, On devait toujours demander la permission pour quoi que ce soit, que dis-je ? Même étant présentement adulte je ne suis autorisée de faire une chose qu’avec la permission de mon père.

Bref après quelques tours en ville, nous nous sommes retrouvées au monument de la renaissance Africaine, qui est un statut représentant un couple et son enfant, dressés vers le ciel. Il est officiellement inauguré le 3 avril 2010 lors des cérémonies du cinquantenaire de l’indépendance du Sénégal (Source Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Monument_de_la_Renaissance_africaine ). Encore selon d’autres  sources il serait le plus haut statut du monde, Haut de 52 mètres et fait en cuivre, il a été voulue par le président Wade et construite par la Corée du Nord.

Ce monument est gigantesque et avec 198 marches, vous avez bien lu 198 marches, qui m’ont paru, interminables, je me souviens avoir fait des pauses pour m’essouffler, au moins 3 à 4 fois, avant d’arriver tout en haut du monument.

Il faut bien avouer la vue est superbement magnifique, on était au petit soir, la ville bougeait a 100 a l’heure, le vent frais soufflait, l’ambiance était cool, les gens étaient sympas, rien de mieux qu’un tel endroit pour respirer un bon bol d’air frais.

Avec H on était plutôt à fond avec les selfies 😎, faut surtout rien louper de cette aventure, telle était notre devise.

 

Apres avoir essoufflé un peu, H et moi, entrepris de visiter l’intérieur du Monument, et pour avoir accès, il faut obligatoirement acheter les billets en vente sur place :

Pour les enfants résident au Sénégal : 500F CFA

Les adultes résident: cela varie de 1000F CFA à 3000 F CFA

Pour les Non résident adulte : 6500F CFA

Les Non résident enfant : 3250F CFA

Ainsi, au rez-de-chaussée, il y a un diaporama décrivant l’histoire de la construction du monument et une fresque retraçant l’histoire de l’Afrique et de ses grandes figures. Au 3e étage, une petite salle d’exposition temporaire. Au 4e étage, un salon d’honneur décoré par de jolis présents offerts par certains chefs d’État.

Au 15e étage, grâce à un ascenseur nous nous sommes retrouvées dans la tête de l’homme et profitant ainsi d’une vue imprenable sur la ville de Dakar.

Ce monument est un endroit prisé à Dakar, on y organise beaucoup d’évènements : des concerts, des projections de films, des diners gala, des défilés de mode, des foires et exposition.

Après avoir visité de fond en comble le monument, H et moi avons décidé de lever le camp, surtout il nous fallait nous acheter des cartes Sim locales pour pouvoir avoir accès à l’internet et être joignable. De passage, je trouve que le cout des forfaits internet au Sénégal est 10 fois meilleur que celui du Mali, nous avons été aux anges en faisant la comparaison. Sincèrement il n’y a pas match !

Une fois les cartes Sim activées, H a eu une idée de génie ! Pourquoi ne pas en profiter pour rendre visite à certains de nos frères maliens qui logeaient à Dakar ? Nous sommes déjà en centre-ville, autant en profiter.

C’est comme cela que H et moi, nous nous sommes retrouvées à Guelle Tapé canal 4, côté Soubé Djoune, un quartier populaire de Dakar, chez nos amis DHT et ILLAH , nos deux frères maliens comme on aimait le dire.

DHT (en noir) de son vrai nom est Hamidou Toure est un jeune activiste influent de la jeune chambre international, avec à son arc plusieurs cordes, il est entre autres enseignant-chercheur à l’université Cheick Anta Diop de Dakar, Cofondateur  et directeur de NANO AIR (une entreprise de conception et développement des objets connectes. Des applications web, mobiles et logiciels surs). Il est aussi Cofondateur de YOBANTE EXPRESSE (Une plateforme web et mobile de livraison raide de petites marchandises).

Et ILLAH (en Rouge) de son vrai nom Ismaila Diallo , est un Jeune activiste de la jeune chambre International, Il est actuellement le responsable des opérations de forage minière au sein de la société BarrickGold Gounkoto ( Une société d’exploration et d’exploitation des gisements d’or de classe mondiale) et membre de plusieurs associations.

Bref comme de bons frères Maliens, DHT et ILLAH nous ont traitées comme des reines, et même là je pèse mes mots. Vu l’heure nous avons convenues de dîner chez eux. Et croyez-moi, ils ont mis les petits plats dans les grands, pour deux gourmandes comme H et moi. Un bon et grand Plat d’attiekeé avec des grosses parts de vrai poisson sénégalais et frais, croyez-moi, nous avons tellement mangé que H et moi n’arrêtons pas de nous jeter des regards furtifs simultanément, 😂😂😂😂😂😂  rire… le plat était nekh, comme diraient les wolof, trop bon.

Après avoir bien bu et manger, nos frères maliens nous proposèrent une petite promenade, histoire de digérer la nourriture 😂😂😂😂 bien-sûr 😂😂

Nous avons acquiescée avec H, c’est plutôt une chance pour nous de bénéficier de deux guides touristiques rien que pour nous et en mode gratos en plus, rire…

Aussitôt dit, aussitôt fait, H et moi avons troqué nos sandales contre des baskets achetés ce même jour lors de notre vadrouille, plus des pulls qu’on a empruntés à nos amis DHT et ILLAH, car oui il faisait extrêmement froid en cette période à Dakar surtout la nuit.

Alors, nos deux guides touristiques, DHT et ILLAH, nous ont amenées visiter la fameuse place du souvenir de Dakar, j’étais trop excité et doublement contente, il faut avouer que c’était le seul petit regret que j’avais eu lors de mon précèdent séjour à Dakar, le fait de n’avoir pas pu visiter cette place.

Alors la place du souvenir de Dakar est un monastère pour nous jeunes qui voudrions nous ressourcer à travers les héros de notre continent. Elle est située sur la corniche à Dakar et a été inaugurer en juin 2009.

En tant qu’africain, on se sent tous chez nous à la place du souvenir, car c’est un lieu d’introspection, de remise en question sur qui nous sommes en tant que jeunes africains et surtout qui pouvons-nous être pour cette Afrique !

Selon l’ancien président Abdoulaye Wade :

« La Place du souvenir africain est plus qu’une simple place des martyrs, mais celle des figurations symboliques de ce qui fait l’ineffaçable mémoire des peuples noirs et de leur long cheminement depuis leur grandeur rompue par la succession des plus grandes calamités de l’histoire : esclavage, colonisation, dictature, exploitation postcoloniale ».

À travers ce texte, je me découvre un panafricanisme sans nom que je n’aurais soupçonné en moi. À travers les fresques de nos leaders qui ont fait leur temps et surtout la fierté de notre Afrique, je me sens encore fière d’être africaine. Je me sens encore plus fière de venir de ces terres. Mais surtout cette place nous intime de ne pas oublier ceux qui se sont si durement battu pour qu’on en arrive là où nous sommes aujourd’hui  que ça soit dans nos combats individuels ou collectifs.

La place du souvenir de Dakar est un endroit prisé pour plusieurs raisons, car elle offre plusieurs cadres, comme par exemple des bibliothèques, des salles d’exposition, des lieux de spectacle, un centre culturel, des amphithéâtres pouvant servir à des conférences, des débats et des ateliers de réflexions.

Pour finir la soirée en beauté, avec H, DHT et ILLAH, nous avons décidé à l’improviste d’aller prendre un pot dans une boîte de nuit en centre-ville, histoire de nous défouler.

Okey H et moi n’étions clairement pas dans le dress-code recommandé  😂😂😂😂😂😂 avec nos pulls et nos baskets, on ressemblait plutôt à deux clodos qui ont atterri par hasard dans un club de dancing 😂😂😂😂😂😂 mais pour tout vous dire, on s’en foutait royalement, l’essentiel pour nous c’était de passer du bon temps et s’amuser à fond, et c’est ce que nous avions fait, d’autant plus que ça fait des années qu’aucune d’entre nous n’avait mis pieds dans un club.

Après quelques heures, c’était la fatigue générale, nous avions alors décidé de lever le camp. Une dernière pose et hop nous nous sommes données au revoir.

Nos amis DHT et ILLAH ont proposé de nous déposer, mais comme deux grandes filles qui s’assument nous avions incliné leur proposition  prétextant qu’on pouvait bien se débrouiller toute seule.

Nous avions pris un taxi pour liberté 5, malheureusement on ne maitrisait pas encore le quartier. Le taximan, fatigué de faire la ronde, nous a déposés dans un endroit méconnu.

Malheureusement on n’avait pas fait assez de repérage dans la journée. On n’avait pris aucun numéro pour essayer de nous retrouver au cas où, et cerise sur le gâteau !! Nous étions à pied, à courts d’argent, dans une ruelle inconnue, dans un pays étranger ne sachant plus où on habitait !!

😂😂😂😂😂😂

Eh bien le séjour commençait super fort pour nous.


Youth Global Forum in Netherlands 2019: Call for Participants and Project Presenters

Hello followers, today I have the chance to tell you about a great event: < YOUTH GLOBAL FORUM AMSTERDAM 2019> which will take place from 02 to 06 December 2019, in the Netherlands.

Like every year, the YOUTH GLOBAL FORUM brings together more than 100 young innovators and talented leaders from around the world to discuss the most common issues facing young people today.

As humanity, we are moving rapidly toward a future where machines and technology are beginning to dominate our daily routines. It seems that, whether in education, security, business or manufacturing, no aspect of society will be spared by the continuous integration of man and machine.

This year’s theme:

‘’At the Crossroads: Industry 5.0 vs Inclusive Development: Where is the future’’?

Will help to understand how this next industrial revolution will apply to us, so that we can ensure that future development is both equal and inclusive for all of us.

A boon for young entrepreneurs to present their own projects related to the theme of the event, defend it and participate in a diverse program offering different internships, scholarships and grants to turn ideas into reality.

The Youth Global Forum in Amsterdam is one of the best networking opportunities for young people as the new generation of young leaders is the most informed, educated and connected generation in the history of humanity. It tries to connect the world’s most influential young leaders to create a better world, with more responsible and effective leadership.

This Youth Global Forum in Amsterdam, which will bring together the brightest young talents from many countries and sectors to accelerate the social impact, can help many young people to improve, be counseled and inspire. Influential political, economic and humanitarian figures through speeches, panels, networks and workshops. In addition to attending conferences, youth will have the opportunity to challenge, interact and be mentored by world leaders in industry 5.0 and inclusive development.

Who can apply?

https://www.youthglobalforum.org/apply

 

– This program is eligible for any young people aged 20 to 35 from all over the world;

-Master / PhD students, social entrepreneurs, young professionals, people working in / with incubators and / or startup accelerators;

– To people who speak English fluently (read, write, speak).

– People from all walks of life are encouraged to apply, regardless of whether you are working, training, studying or just a sabbatical – as long as you have a Utopia for a more just, sustainable, democratic or social society.

-All nationalities are accepted with joy, without distinction of ethnicity, sex, sexuality or any other reason.

Profit and opportunity

https://www.youtube.com/user/rhodesyouthforum/videos

By applying to this program, you have the incredible opportunity to:

-To meet 100 like-minded people and meet leading professionals in the fields of business, entrepreneurship, finance, science, technology and education.

-To present your project with the possibility of obtaining a grant to concretize your idea, your scholarship, your internship and the other prizes offered to the presenters of the project;

-To undertake a paid internship at the International Youth Society on environmentally friendly renewable technologies (India) will be proposed to one of the participants of the World Youth Forum;

– The chance to benefit from a fully funded scholarship to study a degree or master’s degree program (at your option) at the Zagreb School of Business (Croatia) and IPMI International Business School (Indonesia);

– Participate in a rich program of cultural exchanges including visits to the most emblematic attractions of Amsterdam;

– To take part in the official welcome and closing dinners, as well as the ceremony of handing over projects to exceptional places in Amsterdam.

My little bonus tips

We all know that competition is tough when it comes to applying for a world-class program like this one. As a result, I wanted to give you some tips to make your application easier:

* First, read, reread and reread.

Please check your application before submitting. Is it easy to read? Does he clearly communicate everything you want to tell us? Before submitting your application, ask a friend, family member or colleague to check for errors and give you feedback.

* Save it before submitting

You may lose the Internet connection when you fill out your application – this happens to us all! Especially for my followers who live in areas not covered by good internet quality. I recommend copying the application on a document in advance so that, if something happens, you do not lose all your work !

* Do not submit an incomplete application

If you are in a hurry to fill out a form, you may miss important fields or, worse, enter incorrect information, such as your email address. Take your time and carefully read the questions on the app to make sure your application is complete.

* Say what makes you unique!

What distinguishes you? Do not present yourself as a very determined and dedicated leader. Explain what makes you these things and give proof. What differentiates your application from the rest?

*Do not be discouraged

If you have doubts about your application because you are afraid of competition or have failed before, do not get discouraged. If you do not apply, you will never know if you would have had a place. If you apply and you fail, many opportunities are available to you throughout the year and on https://youth-time.eu/

Home

 

 

Come on, do not be fooled. The time has come for us young people to dare to dream of another future than the one we predicted. It is time for us to dare to take control of our lives, to dare to imagine ourselves as a business leader, to dare to seek our autonomy, to dare to achieve and dare to obtain what we deserve in this world in perpetual evolution. Let’s be assured of a bright future for the future generation, our young people who are so eager to grow up, let us be workers, hard-working people, give envy to future generations and young people to work, let us be lights, and idols. Let’s be models and dare to be dear young people ourselves.

Let’s seize the good opportunities available to us. Let’s just impact our community and positively! And for more information on the event and the call of the participants you can visit the official website of the forum: www.youthglobalforum.org/apply.

 

Good Luck!


Friends Trip II : Une journée pour aller au Sénégal

Dans l’article précèdent, que vous pouvez lire juste ici

https://alteregofatim.mondoblog.org/2019/02/25/friends-trip-i-tirer-positif-negatif/

Je vous parlais de comment m’est venu l’idée d’entreprendre ce voyage avec mes amies.

Alors maintenant il nous fallait organiser tout cela. Mais d’abord, qui m’a dit de prendre les rênes de tout ça ?

Avec nos emplois du temps assez chargé et le programme que je devais mettre sur pied pour qu’on puisse passer un bon séjour, j’ai vite sué de la tête.

Essayer de concorder le programme pour que tout le monde puisse participer et que cela convienne à tous, était vraiment l’une des tâches les plus difficiles : ma copine HT avait du mal à se prononcer  clairement sur ses congés, OT avait un autre voyage en dehors du pays déjà  programmer et Ayou avait deux à trois mariages de la famille qu’elle devait impérativement assisté. Mais  surtout il fallait aussi convaincre les parents de nous laisser voyager rien qu’entre filles, difficile au Mali, car même étant majeur, responsable avec un boulot, nos parents sont toujours ceux qui ont le dernier mot concernant nos vies. ça peut paraître bizarre pour ceux qui vivent une culture différente de la nôtre, mais c’est comme ça et on est obligé de l’accepter sans broncher.

Bref  J’ai vite compris que tout ça ne sera pas de la mer à boire car en parlant d’organisation de voyage, je devais faire un planning, caler une date aller-retour qui arrangera tout le monde. Voter le budget, soit la cotisation de chacune. Harceler les filles pour qu’elles soient prêtes en temps et en heures, par ce que oui on se connaît entre filles, j’ai toujours été celle qui respecte les rendez-vous, allez savoir pourquoi?

Ensuite aller acheter nos billets, car nous avons décidé de voyager par Bus, et cela pour plusieurs raisons: on pourra connaitre plusieurs régions et villages et du Mali et du Sénégal, faire l’expérience d’un long voyage en mode tourisme, et en plus c’est plus économique.

Alors, contre tout attente les parents ont donné leur accord(Ne cherchez pas à savoir comment on les a convaincu), HT a pu avoir ses congés, mais Malheureusement OT et Ayou n’ont pas pu à cause des raisons que j’ai citées ci-haut.

Donc dans le team il ne restait plus que HT et moi, c’est vrai que les choses ne se sont pas passé comme on l’avait programmé mais ce n’est pas grave, on le fera à deux alors.

(Prete en Embarquer)

 

Avec HT, on s’est donné RDV à l’auto gare à 18 h, le départ était prévu pour 21 h, après quelques formalités et autres tracasseries, nous avons pris départ de Bamako à 21h15.

Il faut reconnaitre qu’on avait beaucoup de chance car nous étions dans un nouveau bus, en tout cas les plastique sur les chaises nous laissait croire que ça en était un.

 

Nous arrivons à Kita, aux environs 00h 30.

Malheureusement le trajet n’a pas bien commencé pour ma copine HT. La pauvre à passer toute la soirée à régurgiter tout ce dont elle avait mangé à cause des secousses du bus. Moi je suis une callée maintenant, les voyages par bus ça me connaît Lol

Vers 4h50 nous arrivons à mainami la frontière MaliSénégal, pour le contrôle de pièce, mais bizarrement,  ils prirent nos passeports qui seront récupérés à  l’autre côté de la frontière MaliSénégal qui est séparé juste par un petit pont. J’ai trouvé cela Bizarre car je ne supporte pas d’être séparée de mes pièces d’identité surtout le passeport.

 

Nous marchâmes quelques centimètres du territoire malien vers celui du Sénégal,  Pour récupérer nos pièces d’identité au poste de contrôle de Moussala.

En entendant, d’autres voyageurs, probablement des commerçants, se hâtaient plutôt à  Déclarer leurs marchandises à la douane pour obtenir une quittance si nécessaire. Et il paraît  qu’une fois que tes bagages sont  nouveaux, que cela soit une marchandise ou des affaires personnelles, il faut obligatoirement les déclarer. Ce qui me paraît si bizarre concernant les affaires personnelles surtout.

Mais bon je fus tiré de mes réflexions  lorsqu’on m’appela dans le bureau de Moussala pour récupérer mon passeport.

Le policier en question, un monsieur antipathique à première vue, exige que je paye 1.000 FCFA pour récupérer mon passeport.

Choquée et perdue je lui demande la raison vu que je crois être en règle, alors pourquoi suis-je la seule qui doit payer les 1.000 F. Il ne trouve pas de réponse à mes questions, se contente juste de m’ignorer royalement dans le bureau comme une malpropre. Un Sénégalais fait son entré dans le bureau, présente sa pièce et repart sans payer. Je suis doublement offusquée, comment et pourquoi les 1.000f sont exigés sur certains et pas sûr d’autre ? D’ailleurs pour quelle raison devront nous payer si on est en règle ? Je demande après mon passeport, le policier semble déterminé sur sa lance, clairement il ne me donnera pas ma pièce tant que je ne lui paye pas « son argent «car il est clair que cet argent est à des fins personnelles et que ça n’a rien à voir avec les caisses de l’Etat. Quelle déception ! Entre temps ayant beaucoup duré dans le bureau, notre chauffeur vient en rescousse et m’explique comment cela fonctionne ici, apparemment il n y a pas d’explication logique à cela, nous devons juste payer par ce que nous sommes des étrangers, cela fait longtemps que ce système est en place, par contre les Sénégalais ne payent pas…

 

Bref après ce mauvais épisode,  nous avons pris la route à 09h 55.

Comme je m’y attendais le Sénégal est un beau pays, je ne regrette pas d’avoir voyagé par bus, la dernière fois j’y ai fait le trajet en avion https://alteregofatim.mondoblog.org/2017/11/22/fatim-toure-a-dakar-debut-commencement-dakar-stress-dakar-peur-dakar-excitation/ et cela n’a duré que 1h 30 mn , et en toute vérité je n’ai rien vu de fameuse, vue d’en haut. Alors que cette fois – ci la rumeur laisse entendre qu’on fera plus de 24h. Ce qui est encore plus excitant et intéressant.

En admirant le paysage je me perds dans mes pensées une fois de plus, au fond de moi je savais que j’avais vraiment besoin de faire ce voyage, sans stresse professionnelle, sans routine quotidienne. De nouvelle tête, un nouveau décor, ne diton pas que sortir de sa zone de confort nous fait adopter un autre mode de réflexion. Je sens que ce séjour sera diffèrent et extraordinaire.

Nous avons traversé le  village karakena 

Pour ensuite arriver à saraya pour le contrôle des quittances  où  il faudra que les commerçants payent pour leurs marchandises.

Apres quelques kilomètres on fait halte au village de pondala, pour ensuite continuer sur le village de diakaba, la Commune  de Kédougou, de Makó et au péage de Niakolo.

Quelque temps après nous entamons sur Tamba missira. Nous nous arrêtons à la douane de Tambacounda pour la fouille approfondie  des  valises. Et encore a Koumpentoum pour  un contrôle routier et une autre fouille approfondie des valises.

Pendant le trajet, je voulais en profiter pour lire un peu un de mes romans que j’avais délaissé entre-temps, mais c’était sans succès car la petite télé dans le bus ne me laissait profiter de cette tranquillité tant convoitée , ne pouvant plus me concentrer j’ai fini par céder et suivre avec tous les voyageurs le fameux film qu’ils projetaient, un film indien avec la traduction qui ne correspondait pas et surtout la qualité d’image qui ne donnait pas envie, Rire… que quelqu’un m’explique pourquoi en Afrique on est si fan des films indien, avec les drames, les ralentie, la chorégraphie et les chansons qui n’en finissent pas, je me dis qu’au fond on a bien besoin de sentiment en Afrique, en tout cas ma copine HT avait l’air de savourer ce moment intense. Bon je fini par fausser compagnie aux autres voyageurs en écoutant de la musique sur ma tablette avec les écouteurs et le volume à fond.

Vers 18h 14 nous étions à Taba juste le temps de prier et faire quelques achats puis nous entamons sur la Commune de Koungheul pour les vérifications des quittances(Encore).

À 19h36 nous nous arrêtons à Kafrine pour quelques vérifications de la douane (encore). Vous l’aurez remarqué ce voyage a été en partie mouvementer par nos incessants arrêts. S’il y a une chose que j’ai remarqué c’est que le Sénégal ne plaisante pas avec les contrôles routiers.

À 20h29 nous étions à la douane de Kaolack pour le payement des quittances (encore) nous sommes épuisées et à bout, 24h qu’on est sur la route. À 22h03 nous arrivons à Fatick pour la quittance à la douane (encore).

Vers 22h 41 contrôles de quittance à Thiadiaye plus le paiement (encore). Quelque kilomètre plus tard vers les 23h26 nous arrivons à la douane de m’bour.

00h17 nous trouva a Diaminado douane contrôle quittance, Plus paiement.

Enfin, il est précisément 01h06 Heure officiel de notre arrivée destination, nous n’y croyons pas sincèrement. Juste le temps de retrouver nos valises, prendre un taxi pour rejoindre notre appart. Et figurez-vous que dans cette euphorie de fatigue et d’excitation notre fameux taximan essaya de nous arnaquer en doublant le prix. Bon au point où j’en étais, j’étais prête à tout pour rejoindre un lit douillet et oui j’ai cédé au prix faramineux du Taximan.

Ça va aller, on ne gagne pas à tous les coups.


Friends Trip I : tirer du positif dans du négatif

Hello Peuple !

Alors ? Je vous avais manqué ? Moi si, faut avouer que ça faisait tellement longtemps que je n’avais écrit sur ce blog, mon blog. Cinq mois ne sont pas cinq jours, rassurez-vous, je n’avais pas voyager, juste que ces derniers temps n’ont pas du tout été de tout repos pour moi, il m’arrivait de vouloir piocher dans mes drafts, mais hélas, le temps et l’inspiration n’y étaient pas, la paresse prenait le dessus et surtout j’étais en pleine mutation…

Orhhhh J’entends mon alter ego me dire avec une telle aisance doublée d’ironie : Wai mais pourtant tu écris toujours pour d’autres plateformes et magazines qui te payent pour ça ? Pourtant tu ne te fais pas prier lorsqu’on te propose des opportunités dans le domaine de l’écriture, pourtant… pourtant…

Shuteuteu !!!!!  Assez ! Je n’ai pas abandonné mon blog et je ne me suis pas vendu au plus offrants (quoi que, c’est quand même cool d’être payé pour écrire   euhh oups c’est sorti toute seule.)

Bref trêve de discussion avec mon alter ego. Dites-moi, Vous êtes-vous déjà trouvés dans une situation  assez bizarre où vous vous demandez comment est-ce que vous en êtes arrivés là ? Eh bien on peut dire que pour moi c’est devenue une routine, à croire que j’attire vers moi les situations <<Ouh là Ouh là>>

En fin d’année 2018 je fus sélectionnée à plusieurs évènements:

Un en France(le Paris Peace Forum)

 Un, en Inde (la Conférence internationale sur le leadership des jeunes de Telangana Jagruthi 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et un autre, en Inde (encore) les volontaires du patrimoine mondial (WHV) 2018 de l’UNESCO

Mais malheureusement pour des raisons professionnelles et de timing je ne pouvais voyager, par ce que oui,  il faut l’avouer j’avais déjà  fini avec mes congés, j’avais abusé des permissions, le lieu géographique où je me trouvais ne me facilitait aucun déplacement pour les processus de visas, mais surtout je réalisai qu’il n’est pas facile de combiner sa vie professionnelle  et ses autres projets personnels.

Parlant de vie professionnelle, je me rappelle pourtant, qu’à la fac, j’avais tellement hâte de finir les études, de trouver un boulot, de me responsabiliser très tôt et surtout de devenir indépendante, quel qu’en soient les conditions. Oui dans <quel qu’en soient les conditions> j’étais prête à tout pour bosser, que ça soit avec un bas salaire, des heures de travail inaptes ou même un travail qui ne te laisse plus avoir de vie sociale, l’essentiel pour moi c’était de trouver un boulot.

Ironie du destin ou pas, me voilà aujourd’hui dans cette même situation ni plus ni moins, avec un travail qui ne me laisse plus le temps de faire mes activités, un travail qui me contraint à choisir entre mon salaire et mes hobbys, un travail pas du tout flexible. Comme me disait la bloggeuse guinéenne Dieretou Diallo, il faudra un manuel qui explique comment concilier sa vie associative et militante avec sa vie professionnelle. Mais bon, on ne va pas faire la fine bouche, je préfère de loin mon CDI mal payé que de risquer mon boulot pour des déplacements de quelques jours à l’extérieur. Donnons du temps au temps.

 

Juste en décembre, un miracle se produit, l’entreprise dans lequel je travaille a suspendu son projet pour un petit bout de temps, mais aussi vu qu’on était en décembre, la politique de l’entreprise est que les employés expatriés devaient rentrer chez eux pour fêter les fêtes de fin d’année comme Noël et saint sylvestre avec leur famille dans leur pays. Par la même occasion tout le staff était donc libre jusqu’à la reprise des  activités. Quand à moi, j’étais vraiment heureuse de cette nouvelle, même si la deadline de mes 3 précédents voyages était déjà passée, je réalise que je peux profiter de ce temps pour voyager (eh oui je ne lâche jamais l’affaire).  Je crois en Dieu, je crois au destin, je suis de celle qui pense que quand quelque chose arrive ou n’arrive pas c’est un fait de Dieu, c’était déjà écrit et ça devait arriver. Bien sûr, j’étais triste de n’avoir pas pu faire ces trois voyages, qui n’aimerait pas aller à Paris et s’inspirer de la ‘’frenchtouch’’, qui ne voudrait pas faire un séjour en Inde et s’immerger dans sa culture ? Mais il me fallait tirer du positif dans ce négatif. Il me fallait faire une redirection de mes projets, il me fallait simplement être plus intelligente que le destin.

J’ai toujours aimé voyager, même si c’est un hobby un peu trop cher qui demande et du temps et de l’argent, moi je me débrouille  avec les moyens du bord.  Je pense que cela soit par car, voiture, bateau ou avion, je suis une passionnée de voyage,  cela me donne du recul sur ma vie, me booste et souvent me donne des réponses à certaines questions à laquelle je ne pouvais répondre avant. En y réfléchissant bien, je pense que j’avais besoin de partir, de m’évader de mon quotidien, de ma routine, de ma vie, de mes problèmes, de mes erreurs, de mes péripéties et surtout de ce que je vivais intimement. Oui, partir pour mieux revenir, partir pour tenter quelque chose de nouveau, partir pour se retrouver.

On me dira peut-être :

Es-tu entrain de fuir quelques choses ?

Je répondrais alors : oui je fuis ma vie.

Sans jouer au mélodrame, je pense sincèrement que  voyager tant extérieurement qu’intérieurement, peut nous faire grandir, nous passionner, ouvrir notre esprit, nous faire réaliser nos rêves, ou faire partie de notre quotidien professionnel.   Même si je suis toujours anxieuse à l’idée de voyager , j’ai compris qu’il y a toujours du bon qui en ressort de mes expériences, et pour ce qui est de ma peur de me lancer, ma peur de tout quitter et ma peur de voyager seule souvent… Je me dis que  cela est normal.  C’est peut-être un signal, un reste de l’évolution : il se peut que mon  cerveau me signale le risque d’un danger, qu’il soit réel ou irréel, constante ou passagère, la fameuse peur de l’inconnue me dis-je.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour moi, voyager est la meilleures des expériences, c’est une école à part où on apprend sans cesse en cours de route que ce soit avec les gens, avec les cultures, les systèmes, les modes de vie, les idéologies, les pensées, les habitudes, la nature etc…

Et donc, c’est dans cette euphorie que j’ai eu l’idée d’organiser un Friends-trip : un voyage entre amies, entre filles pour être plus claire. À l’unanimité, le choix s’est porté sur Dakar, au Sénégal, une ville que j’ai déjà visitée grâce à ma formation au Yali, une ville que j’ai aimée sincèrement mais que je n’ai pas profité comme je l’aurais voulu parce que la formation au Yali était vraiment intense. Bref c’était l’occasion pour moi de revisiter le pays en profondeur et aussi de le faire visiter à mes amies qui n’avaient jamais eu cette occasion. Je leur parlais sans cesse de mon séjour, je voulais vraiment vivre cette aventure avec elles, et surtout j’étais déterminée à rependre ma vie en main grâce à ce voyage intellectuel et thérapeutique qui mérite une introspection.


À Genève, j’ai pris part à la 2eme conférence internationale des jeunes francophones.

Salle 18- Palais des Nation

La conférence internationale des jeunes francophones est une initiative de l’organisation internationale de la francophonie, qui depuis 2 ans organise cet événement d’envergure international regroupant plus de 200 jeunes venus des 4 coins de la planète francophone. Le but ultime de cette conférence est d’impliquer les jeunes leaders francophones à la vie des institutions de la francophonie. À cet effet, il était urgent de réunir ces jeunes afin qu’ils préparent et valident la déclaration qu’ils devraient soumettre aux chefs d’État et de gouvernement lors du XVIIe sommet de la francophonie d’Erevan, en Arménie. C’est dans cette perspective que s’est tenu du 17 au 19 septembre précèdent, à Genève, la 2ème conférence internationale des jeunes francophones. Ayant participé activement à cette conférence, je vous invite à en savoir plus sur les différents organismes qui ont joué un rôle essentiel dans cette conférence et surtout je vous relaterais ses moments forts.

 

L’organisation internationale de la francophonie  O I F:

Logo OIF

L’Organisation Internationale de la francophonie est une institution fondée sur le partage d’une langue : le français, et des valeurs communes, dont le siège est à Paris. À ce jour, elle regroupe 84 États et gouvernements dont 58 membres et 26 observateurs. De ce fait l’OIF attire constamment l’attention sur le mot « francophonie ».
Le terme francophonie est apparu pour la première fois vers 1880, lorsqu’un géographe français, Onésime Reclus, l’utilise pour désigner l’ensemble des personnes et des pays parlant le français. On parle désormais de francophonie avec un « f » minuscule pour désigner les locuteurs de français et de Francophonie avec un « F » majuscule pour figurer le dispositif institutionnel organisant les relations entre les pays francophones. (Source www.jeunesse.francophonie.org)
L’OIF mène des actions politiques et de coopération dans plusieurs domaines : la promotion de la langue française et la diversité culturelle et linguistique. La paix. La démocratie etc.

Salle 18- Palais des Nations- Genève

Parmi les États et Gouvernements membres de plein droit, de l’OIF, nous en avons 54, qui sont :

Albanie · Andorre · Arménie · Belgique · Bénin · Bulgarie · Burkina Faso · Burundi · Cabo Verde · Cambodge · Cameroun · Canada · Canada/Nouveau-Brunswick · Canada/Québec · Centrafrique · Comores · Congo · Congo (RD)   · Côte d’Ivoire · Djibouti · Dominique · Égypte · ERY de Macédoine · France · Gabon · Grèce · Guinée · Guinée-Bissau · Guinée équatoriale · Haïti · Laos · Liban · Luxembourg · Madagascar · Mali · Maroc  ·  Maurice · Mauritanie · Moldavie · Monaco · Niger · Roumanie · Rwanda · Sainte-Lucie · Sao Tomé-et-Principe · Sénégal · Seychelles · Suisse · Tchad · Togo · Tunisie · Vanuatu · Vietnam · Wallonie-Bruxelles (Fédération).

4 États membres associés :

  • Chypre · Ghana · Qatar · Nouvelle-Calédonie

26 observateurs :

Argentine • Autriche • Bosnie-Herzégovine • Canada-Ontario • Costa Rica • République de Corée • Croatie • République dominicaine • Émirats arabes unis • Estonie • Géorgie • Hongrie • Kosovo • Lettonie • Lituanie • Mexique • Monténégro • Mozambique • Pologne • Serbie • Slovaquie • Slovénie • République tchèque • Thaïlande • Ukraine • Uruguay.

La 2ème conférence internationale des jeunes francophones en 3 jours:

Fatimata Toure

Représentant le leadership Malien au féminin parmi les jeunes francophones retenu(e)s et invité(e)s sur la base de leurs profils d’horizons riches et variés, en leurs qualités de porteurs de projets, d’initiatives, d’entrepreneurs et d’acteurs engagés dans leur communauté, j’ai pris part à cette conférence qui s’est tenue au palais des nations, lieu emblématique à la fois marqué par tant d’histoires et tant de personnalités, à Genève. Cette conférence nous a permis, à nous jeunes de tout l’espace francophone, soit 200 jeunes venant des cinq continents, de réagir sur le thème du prochain sommet de la francophonie(Erevan, 11-12 octobre 2018) : 《 vivre ensemble dans la solidarité, le partage des valeurs humanistes et le respect de la diversité: Source de paix et de prospérité pour l’espace francophone 》et de réfléchir sur les voies et moyens de favoriser 《 l’inclusion économique et financière des jeunes 》 :

– Le vivre ensemble dans la francophonie qui selon moi est l’épanouissement des différentes populations et institutions francophones dans le respect des diversités, la convivialité et la valorisation des différentes langues nationales que compose l’espace francophone.

-L’inclusion économique et financière des jeunes ayant lui aussi été sujet à débattre, a aussi trouvé des pistes de solution : il peut être favorisé par la culture des startups, des incubateurs, et la maitrise des NTIC développés à des fins économiques et financières telles que le commerce électronique, la digitalisation des services etc.…

Fatimata Toure

Entre autres, nous avons pris part à des séances de Travail, des ateliers de renforcement de capacités, des sessions plénières, des cadres de concertation, des tables rondes et des conférences débats qui ont été organisés avec la participation de jeunes talents, d’entrepreneurs, d’artistes, d’experts, de représentants du monde politique, associatif, institutionnel et des médias. Au cours de nos séances de travaux, nous avons adopté une déclaration qui sera soumise aux chefs d’État et de gouvernement de la francophonie lors du sommet d’Erevan. Ayant personnellement contribué à la rédaction de cette déclaration porteuse de rêve et d’aspiration de milliers jeunes, je suis particulièrement fière de faire partie de cette jeunesse francophone ambitieuse.

Salle 18- Palais des Nations

Cette deuxième édition de la conférence internationale des jeunes francophones était l’occasion rêvée pour moi d’acquérir de nouvelles connaissances grâce aux échanges fructueux, en vue d’élargir mes perspectives et idées, de Bénéficier de la collaboration d’autres participants, des invitées, des personnalités et beaucoup d’autres collaborateurs. En  ayant toujours un penchant pour la promotion du genre,  l’engagement citoyen, et la culture entrepreneuriale, cette conférence a été une aubaine pour moi, un réseautage qui sans doute m’a permis de peaufiner mes projets personnels tout en espérant  un meilleur impact sur ma communauté.


Mon blog fût nominé au Mali Média Awards par la fondation Tuwindi

  • La Fondation Tuwindi est une organisation de droit Malien non partisan à but non lucratif. Leur objectif est d’utiliser les technologies de l’Information et de la communication pour soutenir le développement social et économique. Tuwindi intervient dans le secteur de la gouvernance, de la citoyenneté, des droits humains et de la démocratie. Leur approche consiste à consolider la démocratie et le développement social et économique en fédérant les actions du gouvernement, des organisations de la société civile, les médias et les partis politiques.
Logo-Tuwindi CP : Tuwindi

Depuis deux ans, la Fondation Tuwindi  organise les éditions des Mali Média Awards (MAMA).
Les Mali Medias Awards est une initiative de la Fondation Tuwindi qui a pour objectif de promouvoir le professionnalisme et l’excellence dans le domaine des médias au Mali. Il récompense les professionnels et organes de médias qui se distinguent par leurs engagements et la qualité de leurs travaux ainsi que le respect de la déontologie de leur métier. Sa première édition qui s’est déroulée en mai  2017 dernier a eu un succès fou;
Comme la dernière édition, les MAMA récompensent cette année les meilleures productions portant sur des sujets d’intérêt public dans les catégories suivantes;

  • -Reportage
  • -Analyse Journalistique
  • -Portrait
  • -Magazine enquête/ investigation
  • -Prix spécial genre
  • -Prix spécial journalisme citoyen (blog)

À travers mon activiste, mon amour inconditionnel pour l’écriture et surtout par mon article

Une seconde chance pour le Mali

j’ai été nominée cette année dans la catégorie Prix spécial journalisme citoyen (blog). Lorsque la fondation Tuwindi m’a appelé pour me faire part de ma nomination et surtout de mon invitation à la soirée Gala de remise des prix, une immense joie et d’excitation ont envahi ma personne. J’étais émue, honorée et tellement touchée. Mais le temps d’une seconde, je suis très vite redescendu de mon petit nuage, la réalité m’a très vite rattrapé. La soirée du gala organisé par Tuwindi, se tient comme à l’accoutumer à Bamako, et moi je suis de service à Tombouctou, l’une des villes les plus éloignées et difficilement accessibles du Mali.

 

Comment allais-je m’y rendre? Telle était la fameuse question qui bourdonnait dans ma tête. Environ 1000 km sépare Bamako de Tombouctou, la route est impraticable, et on n’est jamais à l’abri d’une attaque criminelle ou terroriste puisque nos forces de l’ordre et de l’insécurité ne sont quasiment pas déployées sur la plupart des zones, les terroristes qui monopolisaient la majorité du tronçon décourageait tout envie de se déplacer par voie terrestre. Comment voyager dans ces conditions? Tout était là pour me décourager. Toutes mes possibilités étaient bloquées:

  1. L’avion des Nations unies a fait des restrictions suite à l’attaque du camp de la Minusma (Mission multidimensionnelle Intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali) revendiqué par les terroristes, le peu de temps qui me restait ne me permettait pas d’enclencher les processus administratifs pour un vol, de toutes les façons je doutais fort de l’avoir.
  2. L’avion militaire des forces Armées Maliennes, FAMA, était en standby pour cause de révision technique.
    Le vol commercial à changer ses restrictions car ne prenant plus directement une personne physique, eux ne traitent désormais qu’avec les personnes morales.
  3. L’avion privé de l’entreprise où je travaille n’est plus sur le territoire malien, en déplacement au Burkina Faso depuis quelques semaines.
  4. Le bateau n’est plus de campagne à cause de la période non propice, pas d’eau sur les berges…                     Finalement

Je n’avais qu’une seule et dernière alternative: voyager par voie terrestre!

dans le desert de Tombouctou. CP: Ag Ibrahim

Devais-je accepter d’entamer ce voyage à travers des zones où l’insécurité, le banditisme et le terrorisme font la loi? Suis-je consciente de tous les dangers que je cours en prenant le risque de m’embarquer dans cette aventure? Il faut noter que sur cette route de nombreuses femmes ont été violées, des honnêtes citoyens se sont fait agresser, dépossédés de leurs biens et des fonctionnaires de l’État maliens enlevés.
Après mille détours, doutes et suspicions avec mon alter ego, j’ai fini par faire le choix du courage. Être une blogueuse ne devrait pas se limiter à écrire des textes derrière son ordinateur, mais aussi à assumer les sacrifices que nécessite son engagement.

Regroupement des voyageurs CP: Ag Ibrahim

Au petit matin de la date du 4 juillet me voilà dans un véhicule de transport public peu confortable et très bruyant. Au nombre de 14 passagers assis dans une minuscule 4×4, nous étions entassés comme des sardines dans une boîte de conserve. Nous voyagerons en convois avec 3 autres véhicules pour plus de sécurité. Cependant un petit détail attira mon attention, il se murmurait dans le groupe des passagers que deux hommes étaient probablement des terroristes qui voyageaient avec nous.
Je voyais la panique et la frayeur se dessiner sur le visage de quelques-uns de mes compagnons de route. Dans ma tête, tout cela ne me disait rien de bon, on n’avait pas encore pris la route, ne serait-il pas mieux de rebrousser chemin? Il était encore temps de ne pas exposer ma vie à des dangers imminents pour une nomination à un prix.
Une fois de plus mon courage et ma détermination eurent raison de mes appréhensions, mais surtout je dois avouer qu’avoir à mes côtés un confrère blogueur du nom Ag Ibrahim me donnait un peu de courage, au moins je me dis que s’il y a incident il sera là pour me protéger, ou peut-être non, dans ces genres de situations, tout le monde cherche à sauver sa peau… rire… mais non je suis sûr que mon confrère blogueur veillerait sur moi… bref j’ai accepté de continuer cette aventure et nous avons finalement entamé le voyage…

Panne mecanique dans le desert

Après des dizaines d’arrêts pour panne mécanique dans le désert, nous voilà le lendemain à 4h du matin à Bamako. Je crois que tout Malien et malienne devraient faire le voyage BamakoTombouctou où vice-versa pour se rendre compte de certaines réalités géo sociales et sécuritaires de notre pays. Quant à moi, Je ne sentais plus mes pieds, et j’étais si épuisé que tout mon corps était douloureux. Tout ce que je voulais c’était de rentrer chez mon père, prendre une bonne douche et dormir le plus longtemps possible.

 

Deux jours plus tard, Nous sommes dans la nuit du samedi 07 juin, aux prestigieux hôtels Azalai Laico où se tiendra la soirée de remise de prix. Un accueil digne de ce nom nous a été réservé. La fondation Tuwindi a mis les petits plats dans les grands. Tidiane Togola, le directeur exécutif de la fondation Tuwindi et toute son équipe ont fait un boulot remarquable, tout était là pour nous faire passer une agréable soirée: des artistes de renom, des danseurs chorégraphes, l’un des meilleurs slameurs du Mali, des grandes personnalités de la jet-set malienne et du média et tout cela avec l’animation de la sulfureuse Countel Amadou.

Table des nominés.
CP: Fatim Toure

 

Mais ce beau décor ne m’empêchait pas d’être encore plus stressée, surtout que je venais de découvrir l’identité des autres nominées, les meilleurs blogueurs du Mali. Je me suis rendu compte que je ne ferais vraiment pas le poids face à ces blogueurs de renommés tout aussi expérimentés et meilleurs dans leur domaine mais surtout qui jouissent d’une visibilité certaine dans le monde du blogging au Mali.

L’évidence m’a frappée, la réalité m’a rattrapée: j’aurais dû savoir que c’était trop beau pour être vrai, mais non je me suis entêté à prendre tous ces risques pour venir m’humilier. Cette situation m’inspire une si triste évidence : J’aurais dû rester tranquillement chez moi ainsi je ne me serais  pas mise dans une situation aussi embarrassante. Mais l’heure n’était plus au regret, je ferais mieux de profiter de la soirée d’autant plus que je suis déjà là et surtout en très bonne compagnie de ce beau monde de journalistes, animateurs TV et radio et blogueurs.

 

Quelques instants plus tard c’est l’heure de l’annonce des résultats, mon cœur se serre, je suis stressée, moi qui déteste les suspenses, c’est comme si on était en train de me menacer avec une arme à feu, prête à faire feu sur ma tempe, des sueurs froides emportaient mon maquillage facial.
Les annonces ont été faites par catégorie, vient le tour de ma catégorie: le prix citoyen journalisme blog!
Finalement, je suis passée du stress à la résignation: il ne faut pas être mauvaise joueuse. De toutes les façons si ça ne marche pas cette fois, ça marcherait une autrefois, ma vie ne s’arrêtera pas à ce prix, d’autres opportunités seront là et je pourrais les saisir, n’est-ce pas ?
Avant que je ne finisse cette discussion avec mon alter ego, je remarque toute l’attention de la salle sur moi. J’ai manqué un épisode? En réalité, quelque chose semblait m’avoir échappé. Apparemment, Fatimata Toure venait de remporter le prestigieux prix des Mali média Awards dans la catégorie Prix citoyen journalisme blog!

Je suis sous le choc, je n’arrive pas à le croire jusqu’à ce que des gens se lèvent pour me prendre dans leurs bras et me féliciter. Alors c’est donc vrai que c’est moi qui ai été choisi? Je commence alors à prendre la mesure de ce qui allait désormais être l’un des plus beaux moments de ma vie. Mon Dieu je suis sans mots, la suite était comme un film où je me voyais plus spectatrice comme actrice, on m’aide à monter sur l’estrade, je n’avais pas fait de discours, en fait je ne m’y attendais vraiment pas, à aucun moment je n’avais la prétention d’anticiper cet instant magique. Mais bon j’improvise, Je fais un speech rapide et les gens applaudissent. Après avoir reçu mon prix, je suis submergée par tant d’émotion que je me perds, des félicitations aux accolades en passant par des séances d’interview je passe l’une des meilleures soirées de ma vie.

avec le president de la communaute des blogueurs du Mali Mr Hama Domo et le representant d’un autre laureat.

 

De retour chez moi, bien au chaud dans mon lit, je ressasse cette belle expérience inoubliable dans ma tête, ce voyage terrestre symbolise le voyage intellectuel que j’effectue dans le monde du blogging depuis le jour où j’ai compris que savoir lire me permettaient de savoir écrire et partager mes pensées, mes expériences, mes émotions au profit de combats qui nous font avancer vers de meilleures compréhensions des défis, et des combats que nous devons relever en tant que citoyens de ce pays et du monde…

Cette reconnaissance est la preuve qu’on ne devrait jamais abandonner malgré les obstacles et les preuves têtues de notre défaite. Une nouvelle ère s’est ouverte pour moi, l’ère du renouveau, car consciente à présent que ma plume peut toucher plus d’un, je m’oblige à satisfaire désormais mes lecteurs et lectrices.

Attestation CP: Fatim Toure

Pour en arriver là, il m’a fallu parcourir des contrées du Nord du Mali où l’insécurité, la pauvreté, l’analphabétisme, la malnutrition, le terrorisme et le manque d’eau forment un cocktail ni détonant ni explosif mais amer, un cocktail amer à boire pour toute Malienne, tout Malien et pour tout partenaire de notre pays. Dans la réalité de la vie dans mon environnement, la situation précaire ne favorise pas l’autonomisation de la femme, s’y affirmer et se faire valoir est un processus des plus difficiles. Et cette reconnaissance de mon apport intellectuel à travers le blogging m’encourage à m’investir davantage dans ce que je sais faire de mieux: lire et écrire pour réformer les mentalités et les comportements.

Mon combat pour la reconnaissance des réalités du nord Mali n’est pas vain, mon combat pour la promotion de la femme n’est plus inutile. Mon plus grand combat que symbolise le développement personnel, par l’acceptation de soi et la valorisation de sa propre personne, vient de connaitre un nouveau tournant. Je suis profondément touchée, honorée et tellement reconnaissante.

Interview. CF: Fatim Toure

Du fond du cœur je remercie  toutes celles et tous ceux qui m’ont soutenu:

  • -À ma famille qui m’a toujours témoigné un soutien indéfectible sans vraiment comprendre la blogeuse que je suis, et qui la plupart du temps ne comprenne absolument rien de mes activités mais continue de me soutenir aveuglément.
  • -À Sankorelabs qui a cultivé l’amour du blogging dans mon cœur.
  • -ÀMondoblog, qui continue à me former et de me guider dans ma passion.
  • -À la communauté des blogueurs du Mali, plus qu’une communauté en fait, une famille.
  • -À mes ami(e)s pour leur soutien indéfectible, leurs petits mots d’encouragement par des messages et des appels.
  • -À mes valeureux abonnés qui lisent, commentent et critiquent avec intelligence et sympathie.
  • -À la fondation Tuwindi pour la confiance et la reconnaissance.


Une seconde chance pour le Mali

Le Mali est un pays laïc, indépendant, en voie de développement. De Bamako à Tombouctou, en passant par toutes les villes et les régions, je me suis rendu compte que mon pays vaut plus que ce qu’on essaie de me faire croire. Avec toutes les opportunités qu’il peut offrir, je me rends compte que nous, Africains, nous n’utilisons qu’une fraction de notre potentiel.

 

Quand on vit dans la capitale, Bamako, et qu’on est obnubilé par tant d’évolutions et de civilisations, on croit que le pays s’arrête là. Les jeunes de la capitale ont toujours cru que leur ville était la seule partie intéressante du pays.

Mais cette idée est dépassée, car je crois que les régions participent aussi au développement du pays tout comme la capitale.

Tout juste à la fin de l’occupation des régions du nord du Mali, ma curiosité me poussa à me rendre à Tombouctou, où vit ma grande sœur.

 

Vue d’en haut de la ville de Tombouctou (Crédit Photo Fatouma Harbert)
Vue d’en haut de la ville de Tombouctou (Crédit Photo Fatouma Harbert)

 

Quand on a passé une grande partie de sa vie à Bamako, il est difficile de s’adapter dans une autre région, surtout si celle-ci a des difficultés liées à son développement. Tombouctou est la 6e région administrative du Mali, l’une des villes les plus réputées, inscrite au patrimoine mondial de l’humanité en 1988 par l’Unesco. La ville des 333 saints, la perle du désert était une zone très, très touristique avant la crise née de la rébellion indépendantiste partie de Kidal en janvier 2012.

Mes débuts dans cette ville n’ont pas été faciles. J’étais stressée, bizarre, mal dans ma peau. Mais j’étais surtout très mal à l’aise face à l’état de la ville. Je ne suis pas née avec une cuillère en argent dans la bouche, mais l’état de la ville à cette époque laissait à désirer.

De ce fait, j’étais un peu distante envers les habitants. Inconsciemment ou non, je me sentais supérieure car je croyais que venant de la capitale, je valais mieux que ces personnes nées dans la région. Me mêler à cette masse était pour moi chose inenvisageable. Je n’avais tissé de lien avec personne, n’avais voulu m’intéresser à quoi que ce soit. Surtout, la langue que je ne maîtrisais pas m’énervait, ce qui ne facilitait pas les choses, et je n’avais ni la volonté ni l’envie de l’apprendre. Tout cela ne me posait pas de problème, car je pensais pas rester longtemps. À me lire, on croirait que c’était une ville invivable, alors que c’est mon ignorance qui s’exprimait à ma place.

Ce que je ne savais pas, c’est que de l’autre côté, les gens s’étaient fait une image erronée de moi. J’étais considérée comme une fille hautaine. La citadine typique.

Après quelques semaines dans ma petite bulle et surtout dans ma zone de confort, j’ai décidé d’entreprendre quelques activités, histoire de ne pas rester là à ne rien faire.

J’ai alors commencé un stage dans une banque de Tombouctou. Grand fut mon étonnement quand j’ai vu à quel point les clients, comprendre les habitants de la ville, sont si sociables. J’ai commencé à me laisser aller et à faire confiance aux gens. De fil en aiguille, sans que je ne m’en rende compte, je me suis fait des connaissances, des amis, des collègues.

Après la banque, j’ai collaboré à Sankorelabs, une entreprise sociale, toujours située à Tombouctou. C’est là que m’est venu le déclic, une sorte de révélation et d’illumination, qui a déterminé ma compréhension envers certaines situations et a provoqué un véritable changement de comportement. Effectivement, en voyant comment l’entreprise se dévoue corps et âme pour donner une nouvelle image de la ville et aussi du pays, je me suis sentie obligée de faire partie du processus.

À ma grande surprise, cela se passait bien, car les habitants de la ville de Tombouctou sont d’une gentillesse incommensurable.

J’ai commencé à m’intégrer, à m’intéresser à la ville, à ses habitants et surtout à essayer d’apprendre leur fabuleuse langue locale (mieux vaut tard que jamais).

Peu de temps après, j’ai eu à discuter avec quelques amis que je me suis faite. Je leur ai confié ma première impression sur la ville et sur les gens d’ici. La réponse fut incroyable :

Selon eux, je n’étais pas la seule à réagir comme cela. Beaucoup de personnes venues d’ailleurs se font des idées préconçues à leur sujet soient parce qu’ils sont arabes, Tamasheq, Maure ou même Bella. Ils s’imaginent des barrières et créent des différences. Face à ce genre de situation, les habitants aussi se sentent frustrés, rabaissés et étiquetés. De là vient la mésentente entre les ethnies, les habitants, les étrangers et j’en passe. Encore plus important, dans une querelle ethnique, la plupart des gens pensent que ce sont les autres qui sont racistes, parce qu’ils parlent une autre langue, alors qu’en réalité, ce sont eux-mêmes la cause du conflit car ils mettent une barrière entre eux.

 

En effet, beaucoup trop souvent, les gens pensent qu’ils sont victimes d’une situation, alors qu’en réalité, ils sont eux-mêmes l’élément déclencheur. Nous subissons tôt ou tard l’effet des intentions, de nos actions, dont nous avons été la cause.

La différence ethnique ou linguistique est a priori psychologique, l’homme est toujours craintif face à ce qu’il ne maîtrise pas.

Il se sent impuissant s’il ne comprend pas l’autre et naît alors des sensations d’exclusion et de discrimination.

 

Voyons au-delà des barrières, car nous sommes tous coupables, nous sommes tous victimes…

Cette histoire est banale, comme des milliers d’autres, mais porte une leçon de morale qui doit nous pousser les uns et les autres à voir au-delà des préjugés et des stéréotypes.

Dans ce pays, qui est le Mali, nous sommes tous égaux. La diversité culturelle, linguistique et ethnique n’est pas un obstacle ou un frein, mais plutôt un atout pour notre développement commun.

Image de cohesion sociale. credit photo: Fotolia
Image de cohésion sociale. crédit photo: Fotolia

 

Lorsqu’il y a amalgame, il ne sert à rien de blâmer autrui sans être sûr qu’on est soi-même  à 100% au-delà de tout reproche. Nous sommes tous fautifs et responsables. Disons non aux idées préconçues !  Nous devons promouvoir notre citoyenneté, qui se définit aussi par des valeurs telle que la civilité : une attitude de respect à la fois envers les autres citoyens mais aussi à l’égard des bâtiments et lieux publics. Il y a aussi le civisme, qui consiste à titre individuel à respecter et à faire respecter les lois et les règles en vigueur, mais aussi à avoir conscience de ses devoirs envers la société et envers son prochain. Enfin, la solidarité, qui est tellement importante car elle favorise la consolidation de nos liens et  l’ouverture aux autres.

 

Disons oui à la cohésion sociale pour favoriser l’intégration des individus, leur attachement et leur participation à la vie sociale. Nous devons partager les mêmes ensembles de valeurs et de règles de vie acceptées par tous. Pour pouvoir prétendre quoi que ce soit, il faut d’abord une cohésion sociale, ce qui permet de favoriser la qualité de vie des membres de cette société.

Nous avons besoin d’un Mali où la solidarité est intense et les liens sociaux solides. Nous devons lutter contre les inégalités entre les genres, les ethnies, les cultures et surtout les personnes elles-mêmes. La cohésion doit être utilisée dans un objectif collectif  voire national et étatique. Elle est nécessaire car contribue à l’équilibre et au bon fonctionnement de la société.

 

 

 

Mon Mali à moi…

Carte du Mali. By The original uploader was Sting at French Wikipedia (Transferred from fr. wikipedia to Commons.) [Public domain], via Wikimedia Commons
Carte du Mali. By The original uploader was Sting at French Wikipedia (Transferred from fr. wikipedia to Commons.) [Public domain], via Wikimedia Commons
 

Assise au bord du petit lac de Djingareyber, je rêve d’un Mali où homme et femme sont reconnus à leur juste valeur et surtout récompensés selon le mérite. Mon Mali à moi, c’est un pays où l’apparence de la femme n’est pas son seul critère de beauté, car la beauté ne sera jamais une question d’apparence ou de genre : la véritable beauté est en chacun de nous. Elle est notre sens du leadership, notre impact positif sur la société. Notre engouement pour le développement de la communauté. Ce faisant, en tant que femme, je crois qu’il est temps de briser les barrières, et surtout de défier le statu quo.

Mon Mali à moi, c’est où le Tamashek et le Bamanan prennent une tasse de thé ensemble à Kidal. Mon Mali à moi, c’est voir à Mopti, sur les berges de la Venise malienne, un Peulh et un Dogon boire du lait ensemble et défaire quelques poisons du maillon d’un filet. Mon Mali à moi, c’est où tout Malien peut prendre part au festival du vivre-ensemble à Tombouctou. Mon Mali a moi, c’est où le brassage culturel n’est plus un rêve ni un mythe mais une réalité palpable.

 

 

 

Née à Kayes, élevée à Bamako et adoptée par Tombouctou, je suis une véritable nomade. Mon périple m’a vraiment ouvert les yeux sur les réalités évidentes que, vous et moi, nous nous efforçons à ne pas voir.

Ceci est une histoire banale, mais une histoire vraie, celle de Fatimata Touré, une fille ambitieuse qui est à  la découverte insatiable du savoir, qui a été heurtée par le statu quo et qui a eu une seconde chance.

Mon histoire est la preuve concrète que la cohésion sociale au Mali est possible. J’en suis un exemple parfait.

En cette période de crise intense qui secoue mon Mali, je crois qu’on a tous besoin de seconde chance. Oui, nous pouvons changer les choses ! Oui nous pouvons faire évoluer ce pays ! Chers Maliens, chères Maliennes, donnons-nous une seconde chance pour nous prouver à nous-mêmes que, hormis nos différences, nous sommes tous les enfants d’une même nation, d’une seule terre, d’un seul peuple. Donnons-nous la chance de cohabiter en paix !


L’Afrique des jeunes leaders: Abdoulaye Garba Mounkaila du Niger

Intelligent, dynamique et gentil, c’est comme ça que j’ai connu ce grand frère qui aime affectueusement m’appeler « Miss Bamako »(hihihi qu’est-ce que vous croyez 😎😎 je suis une miss moi 😂😂😂 bon ok je sais, il est juste gentil 😂😂). Euh…! Bref, Dieu faisant bien les choses, on suivait le même programme Civic leadership au YALI. Abdoulaye Garba est, sans aucun doute, l’une de mes meilleures rencontres au Sénégal. Il parlait rarement en cours, mais le jour où il s’y mettait, c’était pour contribuer positivement. C’est le genre de personne qui ne fait pas de bruit pour annoncer son arrivé mais fait bien sûr sentir sa présence par son éloquence. Suivez avec moi ce portrait de ce leader Nigérien!

 

Qui est Abdoulaye Garba?

C.P : Abdoulaye Garba Mounkaila
Abdoulaye Garba Moukaila

Je suis Abdoulaye Garba Mounkaila, du Niger. Âgé de 33 ans. Informaticien, logisticien et entrepreneur. Après mes études supérieures au Ghana et une formation en entrepreneuriat aux USA, j’ai créé ma propre entreprise d’informatique et diverses prestations au Niger pour faciliter l’accès aux NTIC à ma population.

 

Pourquoi tu t’es inscrit au programme YALI?

C.P : Abdoulaye Garba Mounkaila
Abdoulaye Garba du Niger et Izidro de Sao Tomé et principe

Je me suis inscrit au programme YALI Dakar session 8 pour pouvoir développer mes compétences en matière de leadership. Avoir plus d’ouverture d’esprit; de tisser des relations et surtout cadrer mon projet avec lequel j’ai été admis.

 

Avec quel projet as-tu postulé au YALI? Et Quel est son Impact?

Logo YALI
Logo YALI

Mon projet a pour objectif l’insertion des enfants de la rue dans des métiers d’apprentissages (mécanique auto, moto, plomberie, soudure.) auprès des Chefs d’ateliers volontaires. Après 2 à 3 ans de formation ils seront nantis de diplômes et des contrats de sous-traitances leur seront négociés afin qu’ils puissent constituer un fonds de démarrage de leurs propres activités. Ainsi devenir indépendant et surtout aider au développement communal.

 

Qu’est-ce que le YALI t’a apporté de plus?

C.P Fatim Touré
Programme civic leadership

Ma participation au Yali m’a été d’un grand atout surtout pour diversifier mes idées. J’ai rencontré de potentiels partenaires qui m’ont redonné plus d’idées. J’ai collaboré avec des jeunes entrepreneurs, ambitieux, soucieux qui ont la même vision que moi.

 

Quel est ton message pour nous, jeunes d’Afrique et d’ailleurs?

C.P Abdoulaye Garba
Abdoulaye Garba Mounkaila

Qu’on se dise la vérité ! L’Afrique est pour nous JEUNES. Nous devons nous former, apprendre et surtout commencer avec les moyens du bord: tel est mon message pour les jeunes d’Afrique et d’ailleurs. Nous ne devrions pas attendre que tout soit prêt pour nous lancer. Là se trouve l’erreur. Je le dis et le redit :

l’entreprenariat est la clé de tout développement. Entreprenons ensemble.

Quels sont tes moments forts de l’aventure?

C.P Fatim Touré du Mali.
Fatim Touré du Mali. Mohamed Ly de la Mauritanie. Rhokya du Sénégal. Aminetou de la Mauritanie. Abdoulaye Garba Mounkaila du Niger

Mes moments forts sont tellement nombreux. J’ai beaucoup apprécié les rencontres avec des formateurs de haut niveau. Nos visites touristiques : l’île de Gorée, le lac Rose, le monument de la Renaissance et notre randonnée pédestre . J’ai aimé la cohésion entre diverses nationalités telles sont mes moments forts de l’aventure. Les autres l’ont déjà dit, le YALI est une expérience incroyable, il faut le vivre pour le comprendre.


Et pourtant, je suis une vraie africaine!

Dans la salle d’attente d’une entreprise, j’ai involontairement assisté à une discussion assez déplaisante.
Deux hommes qui, au cours d’une discussion, ont vu une femme passer, s’en est alors suivi une conversation, du genre :
waouw en voilà une vraie femme africaine! Avec ses rondeurs et tout ce qui va avec, dit l’un.
hum… vraiment! Avec sa couleur ébène qui ne fait pas défaut, ajouta l’autre.
Et ils se sont mis à rire aux éclats.
Sans être invitée à prendre part à la discussion, ma curiosité m’a poussée à aller vers ces deux hommes. Je tenais en effet à ce que ces soi-disant « spécialistes de la femme » m’éclairent sur le genre de femme que je suis, et dans quelle catégorie je me trouve…

Résultat (tenez-vous bien) :
Selon eux, les femmes comme moi, sveltes, minces et un peu bronzées ne sont pas la référence d’une vraie beauté, typiquement africaine!

Bon! Sur le coup j’ai assimilé ces réponses avec calme et délicatesse, émettant un petit rire ironique en signe d’incompréhension. Mais j’avoue que ces confessions m’ont tout de même un petit peu vexé.

Est-ce de ma faute si je ne réponds pas aux critères de la majorité ?

Mais le problème, c’est que beaucoup de personnes, hommes comme femmes, pensent comme eux.

Pourquoi catégoriser?

L’Afrique est un continent qui regroupe diverses typologies de personnes. Il est donc impossible que l’on soit tous pareils !
Au Mali par exemple, nous avons  une douzaine d’ethnies : Peulhs (mon ethnie), Senoufo, Sonrhai, Bozo, Maure, Kasonkeh, Soninké, Dogon, Bambara, Malinké, Tamasheq et Bobo. Chaque ethnie a ses caractéristiques, les ethnies ne se ressemblent pas, nous sommes différents les uns les autres.

L’ethnie Peulhe à elle seule rassemble plusieurs couleurs de peau. Il y a les Peulhs noirs, les Peulhs clairs, parfois très clairs même. Il y a aussi les Peulhs métissés issus du mélange des deux précédents. Aucune couleur de peau n’est plus Peuhl que l’autre, tous représentent la même entité.

Les Peulhs sont surtout reconnus pour leurs poids très très légers. Dans la société malienne, à travers le cousinage (qui est une plaisanterie de second degré entre les ethnies) il se dit qu’un Peulh normal ne dépasse pas <25 kg>, rigolo n’est ce pas ? Alors qu’aujourd’hui vous verrez des Peulhs en surpoids.

Certaines femmes prennent un malin plaisir à rabaisser d’autres par ce que ces dernières ne sont pas dans une catégorie donnée.
Hormis les ethnies, que fait-on des femmes blondes (naturellement), des albinos, des femmes avec un nez très fin, des femmes très claires, naturel de peau. Et les femmes d’Afrique avec des yeux bleus ou verts ? Où mettre ces personnes si spéciales ?

Une vraie femme africaine

Selon moi, être une vraie femme africaine ne dépend pas du style ou de la couleur de peau (même s’il faut reconnaître que socialement et culturellement c’est un marqueur qui compte beaucoup). Nous ne sommes pas seulement cet habit traditionnel que l’on porte à une occasion spéciale. Nous ne sommes pas seulement cette couleur noire à la fois adulée et controversée. Ce qui définit une vraie femme africaine c’est son comportement et ses valeurs. L’essence divine qui nous a été léguée par nos ancêtres et qui fait de nous des êtres tellement spéciaux, différents, uniques. Une vraie femme africaine, c’est aussi celle qui va vers d’autres horizons mais sans oublier d’où elle vient, parce que la femme africaine sait résister à la dénaturation. La femme africaine, c’est celle qui n’oublie pas ses repères.

L’habit ne fait pas le moine

Crédit Photo Fatim Toure
Crédit Photo Fatim Toure

Oui, je suis Fatimata Toure. Je suis mince comme une mannequin. Non, je n’ai pas de formes généreuses qui pourraient détourner le regard des amateurs de popotins. J’aime souvent m’habiller en jean et t-shirt. Mes cheveux ne sont pas crépus, je porte souvent des extensions. Et j’avoue, à mon âge, j’ai toujours du mal à bien nouer mon pagne. Non je ne suis pas noire comme l’ébène, et je m’excuse si je ne suis pas aussi noire qu’il le faudrait, mais cela n’est pas de ma faute après tout…

Et pourtant je suis une vraie femme africaine!

Savez-vous pourquoi je suis une vraie femme africaine? Parce que mon père est africain, ma mère est africaine, mes origines sont en Afrique, mes ancêtres ont battu ce continent à la sueur de leur front et j’en suis tellement fière. J’aime cette Afrique qui, en retour, m’aime aussi. Je connais cette Afrique qui m’a vue naître, qui m’a forgée et qui me fascine par tant de culture et de diversité. J’aime énormément cette Afrique même si je rêve d’aller faire un tour sur d’autres continents.

À toutes celles et à tous ceux qui sont persécutés pour leur couleur de peau ou leur morphologie :
Sachez que l’apparence ne nous définit pas, c’est la chose la plus éphémère qui existe. La beauté évolue, elle est relative et les goûts ne se discutent pas. À chacun sa préférence mais qu’on ne se permette pas de favoriser certaines personnes pour ensuite en frustrer d’autres. Cela ne correspond à rien, ça n’a pas de sens. Personnellement, je crois que nous devrions voir bien au-delà des apparences. Nous devrions nous voir telles que nous sommes vraiment.

Nous devrions nous accepter les uns et les autres malgré nos différences.

Restez vous-mêmes les filles, ne changez pas pour les gens. Aimez-vous car vous êtes belles telles que vous êtes, peu importe votre couleur de peau et votre morphologie. Vous êtes des enfants de l’Afrique par vos actions et non par l’apparence. N’acceptez pas que les autres vous collent une étiquette ! Après tout, c’est vous qui savez qui vous êtes, et ce n’est à personne de déterminer qui nous sommes.


Gaël Brice TCHAPNGA: l’entrepreneur togolais qui offre un mois sabbatique

Crédit photo Fatim Toure
Crédit photo Fatim Toure

Jeune Africain flexible, dynamique et discipliné, il est passionné par tout ce qui touche la logique et la précision. Il a un esprit assez déterminé et objectif qui lui confère une capacité de travail en équipe et en situation d’urgence ; il est passionné par la gestion des projets, gestion des connaissances et les systèmes d’information. Lui c’est Gaël Brice, le jeune Togolais ambitieux et rêveur qui veut défier le statu quo et offrir plus à l’Afrique que ce qu’il ne possède déjà. En faisant un tour dans son monde, j’avoue que j’ai été tout de même impressionnée par son dynamisme. À la suite de mon périple j’ai tenu à ce que Mr Brice nous fasse part de ses activités et de sa vision pour le monde en tant que leader chevronné.

 

Crédit photo Gaël Brice
Crédit photo Gaël Brice

Tout d’abord Gaël Brice TCHAPNGA est un ingénieur en génie informatique et consultant dans le domaine lié aux TICs tant dans l’aspect conception, d’exécution que de management.
Il est titulaire de 8 ans d’expérience dans les domaines de la conception et du management des Hommes et des outils informatiques permettant à la vulgarisation de ces derniers, à cet effet il est manager d’une entreprise d’assistance, de conseil et de prestation de services numérique www.stargroupandservices.com (allez-y faire un tour, je vous le conseille vivement).

Gaël Brice TCHAPNGA s’investit dans plusieurs activités, mais celle qui est son cheval de bataille en ce moment est SPARK GROUP AND SERVICES (S.G.S).

Logo de Star Groupe and Sevice Crédit photo Gaël Brice
Logo de Star Groupe and Sevice Crédit photo Gaël Brice

SPARK GROUP AND SERVICES (S.G.S)‘’ un groupe d’étoiles à votre service  » est une Start-up créé en 2016 par Gaël Brice TCHAPNGA. Ce groupe composé de cinq (05) sous-ensembles (SPARK WEB, SPARK COM, SPARK Apps, SPARK Design, SPARK Consulting & formation) qui viennent immédiatement répondre à tous les besoins liés au secteur du numérique.
Pour des raisons de bonne organisation, ce groupe est dirigé par un directeur et quant à lui, il est consultant dudit groupe et joue les rôles suivants en fonction des départements;

  • · SPARK Web : département spécialisé dans les travaux de référencement web professionnel, de création de sites web professionnels, de dépannage de sites web et de refonte de sites web y compris tous les autres services environnants le web. En tant qu’expert en référencement web « 7 ans d’expérience », il s’occupe de l’architecture web (écouter le client, étudier ses besoins. S’asseoir avec son cahier des charges et suivre les travaux qui en découleront du cahier des charges)
  • · SPARK Com : département spécialisé dans la communication digitale. Il s’occupe ainsi des besoins en Community manager et en publicité numérique dans l’optique de donner plus de visibilité aux produits et services à l’échelle nationale qu’international. La principale ressource humaine dont ils disposent dans le département SPARK COM est le groupe de community manager ou gestionnaires de communautés. Ce sont des professionnels du web qui font de la commutation par le canal des ressources web. Avec leur casquette de community manager (organisation et planification de la stratégie communicationnelle au tour des services/produits de l’entreprise, de la marque, etc…)
  • · SPARK App : département spécialisé dans le développement d’applications de types divers :
    Applications natives, Applications web, Applications hybrides , Android etc…
    C’est encore lui qui écoute le client, évalue son besoin et dresse le cahier des charges en fonction du type d’application, de la taille, de la technologie à utiliser, etc… à fin de dispenser les tâches aux concepteurs.
  • · SPARK design : c’est l’un des départements de Spark group and services, tout aussi important que les autres. Ce département est spécialisé dans le graphisme et l’infographie de façon générale. Ici, Brice écoute le client et en fonction du besoin, émet un cahier des charges aux réalisateurs contenant généralement la charte graphique, les indices, la taille, les rôles, de fois certains dessins de base aussi, etc…
  • · SPARK Consulting & formation : C’est un département non des moindre mais qui ne figure pas forcément sur le classique schéma de nos départements, tout simplement parce que c’est le département qu’ils nomment affectueusement département ‘’force tranquille « . C’est le département qui fait appel aux meilleures ressources humaines dont ils disposent pour donner des formations.

Lorsque nous parlons de meilleures ressources humaines, ce n’est pas seulement par rapport à leurs compétences et savoir-faire liés à leur domaine d’activité, mais c’est aussi par rapport à toute la technicité pédagogique dont ils disposent pour transmettre leurs informations et les faire assimiler à leurs apprenants ajouta Gaël Brice TCHAPNGA

C’est à cet indice qu’il passe pratiquement tout son temps depuis sa reconversion vers l’intelligence artificielle. Il est le maestro des RDV avec des entreprises et particuliers car tout le reste de son temps mis à l’écoute de ces derniers et par la suite l’étude et apport des solutions idoines en suivent.

Selon Gaël Brice TCHAPNGA, la connaissance générale des TIC est un atout majeur et voir indispensable dans tous les secteurs d’activité. Lié son entreprise à un système informatique reste de nos jours la moindre de chose que tout chef d’entreprise devrait comprendre. Suite à cette logique, il vient affirmer que de nos jours, l’utilisation des TIC en entreprise accroît nettement mieux le rendement de productivité et par conséquent le chiffre d’affaires. il ajoute encore:

Le monde dans le futur subira une transformation totalement orientée vers l’artificiel ; une raison de plus pour laquelle je suis actuellement plus penché vers l’intelligence artificielle. Qui parle d’intelligence artificielle parle automatiquement de l’automatisme avancé avec pour objectif de trouver des dispositifs imitant ou remplaçant l’homme dans certaines mises en œuvre ou de ses fonctions.

Dans sa carrière professionnelle, Brice aspire bâtir un empire de richesses numériques pouvant résoudre plusieurs problèmes en Afrique.
Dans cette démarche, il clôture son premier semestre de l’année 2018 en offrant gratuitement son savoir-faire à toute entreprise, organisme ou particulier résidant en Afrique durant tout le mois de juin.

Crédit Photo Gaël Brice

Ne vous faites pas prier, allez-y tenter votre chance chez SPARK GROUP AND SERVICES (S.G.S) ‘’ un groupe d’étoiles à votre service’’.


L’Afrique des jeunes leaders : Hamady Ly de la Mauritanie

Crédit photo Fatim Toure
Crédit photo Fatim ToureToure

Vous savez quoi mes chers lecteurs? Chaque être humain dans son parcours doit avoir une personne -catalyseur. Dieu, merci! J’ai trouvé le mien lors de mon séjour à Dakar. Celui que je vais vous présenter aujourd’hui est sans doute l’une de mes meilleures rencontres. Hamady Ly a provoqué en moi un remaniement total. Courageux et ambitieux, il m’a fait redescendre sur terre en me montrant qu’on n’a pas d’excuses pour se battre.
Sincèrement, comment puis-je baisser les bras en voyant comment Ly se bat chaque jour de sa vie. Je le respecte, je l’admire, je l’adore et plus je suis reconnaissante de l’avoir dans ma vie. C’est simple, pour en savoir un peu plus sur lui, suivez avec moi cet article fait sur mesure.

Qui est Hamady Ly?

Crédit photo Hamady Ly
Crédit photo Hamady Ly

Coucou tout le monde. Je suis Hamady Saidou Ly. 27 ans. Coordinateur international de l’Alliance internationale de la jeunesse pour la planification familiale de la Mauritanie. Gestionnaire de projet depuis 2014. Superviseur de projet dans un programme de l’Union Européenne pour la société Civile et la Culture. D’octobre 2016 à mars 2017, assistant de projet au Togo, à Lomé. Actuellement superviseur de projet a l’ONG Action.

Pourquoi le programme YALI?

Crédit photo Hamady Ly

étant handicapé, je voulais approfondir mes connaissances en leadership. Et comme je travaille constamment aussi avec la société civile, je voulais savoir comment doit se Comporter un leader. Je voulais par ailleurs approfondir mes connaissances en leadership et surtout en développement personnel.

Quel est ton projet et pourquoi ce projet?

Crédit photo Fatim Toure
Crédit photo Fatim Toure

Mon projet personnel est le suivant: créer un Centre de formation professionnel pour les enfants handicapés en Mauritanie surtout ceux de la rue. Ce projet me tient à coeur parce qu’il me touche aussi . l’impact de ce projet c’est qu’après la formation, les handicapés puissent être autonomes, qu’ils ne dépendent plus de personnes professionnellement ou financièrement. Déjà que c’est dur d’être handicapé dans le social. J’ai tenu à apporter ma petite pierre à l’édifice, afin de changer les mentalités sur les handicapés. Beaucoup d’entre nous peuvent réaliser de nombreuses choses. Et nombreux sont ceux qui l’ont bien prouvé.

Qu’as-Tu appris de plus au YALI?

Crédit photo Hamady Ly
Christian du Cameroun et Hamady Ly

Ce que j’ai appris de plus au YALI, c’est de ne rien attendre des autres. Quelle que soit la situation dans laquelle on se trouve, il faut d’abord se battre avant d’attendre quoi que ce soit de quelqu’un parce que la vie est faite et sera toujours faite de haut et de bas.
Le YALI m’a aussi appris que chaque personne est importante, quelle qu’en soit son origine, son pays, son âge, ou même sa situation physique. Tout le monde peut avoir des rêves. Tout le monde peut changer quelques choses dans sa communauté.
Quels sont tes moments forts de l’aventure?

Crédit photo Hamady Ly
Mariam bah, Micael Dossou, Hamady Ly et Moi

Mes moments forts! Ce sont mes rencontres avec les 16 nationalités différentes. Des gens qui m’aiment et qui m’encouragent à continuer mon combat. Je ne pourrais en aucun cas oublier ma première dame, Fatim Touré du Mali(😎moi); Monsieur Touré, le directeur, qui a cru en moi. Mon coloc Christian du Cameroun, une personne extraordinaire, qui n’a ménagé aucun effort pour me mettre à l’aise durant notre cohabitation. Ma soeur Mariama Bah de la Guinée konacky que j’aime affectueusement taquiner. Mes compatriotes de la Mauritanie. Et la simplicité de tout un chacun. Je garde de très bon souvenir de cette aventure.
Quel est ton message pour les jeunes d’Afrique?

Crédit photo Hamady Ly

Mon message aux jeunes Africains, c’est qu’il est vraiment temps de se réveiller, il est temps de se lever. Il est temps de passer à l’action. Communions nos efforts pour le développement de notre chère Afrique! Et aussi je dirais aux jeunes Africains de beaucoup beaucoup travailler. Beaucoup beaucoup rêver. Et surtout ne jamais baisser les bras. « Never give up. » Donnons-nous la possibilité de passer à l’action.
Formons-nous et prenons les rênes de commande de l’Afrique! Donnons-nous la chance de persévérer! Et ensemble nous y arriverons.


Friperie: pour ou contre? Votre avis m’intéresse.

 

« La friperie est l’ensemble d’habits chaussures ou objets qui ont servi à certaines personnes et qui peuvent être réutilisées par d’autres. En général, ces produits sont rapportés de l’extérieur( France USA Asie etc.) « 

Crédit photo Fatim Touré

Ces derniers temps, il y a trop de polémique autour de ce phénomène dans mon pays. L’autre jour, un ami styliste bien aisé me disait qu’il était bel et bien contre la friperie. Grand fut mon étonnement parce que je suis sûre et même certaine, qu’avant, il était un très grand adepte de la friperie. Mais j’ai compris son détachement parce qu’il veut que sa ligne de vêtements prospère. Autrement dit, au lieu que les gens achètent de la friperie, qu’ils achètent nos produits locaux( par là, j’entend ses produits a lui bien évidemment. De l’égoïsme, je vous dis). Je n’étais pas totalement d’accord avec lui mais bon il insista tellement jusqu’à dire que son vœu le plus ardent est que l’État malien interdise la friperie!
De ce cet échange, il m’est venu à l’esprit de rediriger et de vous soumettre un billet sur ce phénomène dans lequel je tacherai de souligner des raisons d’être pour ou contre la friperie.

Les produits de la Friperie accessible à moindre coût…

Vous savez, les jeunes aiment bien se saper, surtout ceux de mon pays, le Mali. La mode, oui! Mais à quel prix?
Pas forcément à la hausse. Rares sont ceux d’entre nous qui avons les moyens de s’offrir les vraies marques ou de la haute couture. Avouez-le les filles! on ne peut pas toujours se le permettre. Et vous aussi les gars, avouez! Surtout que rare d’entre nous n’est né avec une cuillère en or dans la bouche, Papa et Maman ont d’autres chats à fouetter que de nous amener faire du Shopping. Avec mille bouches à nourrir, Ces trucs-là sont des balivernes.

Donc voilà, les jeunes comme moi, les pauvres comme moi, qui veulent entrer dans la cour des grands même si moyen n’y est pas. Les filles comme moi qui veulent bien avoir l’air classe même si voilà les vêtements dans les vitrines sont des passages interdits pour nous. Les rêveuses, ambitieuses et qui veulent bien se faire voir n’ont pas d’autre choix que d’aller vers la friperie.

Avant, elle n’était considérée que pour les pauvres, les moins démunis, ceux qui n’ont pas les moyens de s’acheter le minimum. En vue de son prix très moins cher donc facilement à porter de main, la société n’a octroyé la friperie qu’au pauvre seulement. De ce fait, beaucoup de personnes avaient honte qu’on sache qu’ils portent de la friperie, que dis-je? Même aujourd’hui ce complexe existe.

Avant les personnes qui portaient de la friperie, faisaient office de moqueries et de préjugés. Même aujourd’hui, de nombreuses personnes en ont honte, ils achètent de la friperie, le lave très bien, le parfume et le blanchit (le repasse) prétendant ainsi l’ avoir acheté dans les boutiques prêt à porter: le summum du complexe. Non seulement le prix est extrêmement abordable mais aussi on y trouve de très bons et jolis articles.
La plupart d’entre eux sont des échantillons qu’on trouve rarement ailleurs. C’est ce qui me plait bien dans les friperies, et surtout que la qualité y est. Un bon article de la friperie dur en général plus qu’un article dans les grandes boutiques. Souvent la friperie, c’est encore mieux que les « originaux », tu peux même y trouver des vêtements qui n’ont jamais été porté avec des étiquettes là-dessus.

Et le plus drôle c’est que de nombreuses boutiques de marque achètent la plupart de leurs marchandises dans la friperie, mais le revendent encore plus cher à des prix exorbitants( le complexé est alors dupé).
Quand La friperie génère de l’emploi

En Afrique, le marché de la friperie a pris un élan. Un système s’est développé autour de ce phénomène. Au Mali et au Sénégal, on fait face à une sorte de conglomérat.
Aujourd’hui bon nombre de personnes s’intéressent à la friperie. C’est un marché qui rapporte beaucoup. Incroyable, mais vrai, le marché de la friperie génère des emplois. On y trouve de plus en plus de vendeurs et de plus en plus d’acheteurs.
Au Mali on remarque une hiérarchie comme dans tout business florissant: Il y a les importateurs, ceux qui ramènent les balles de friperie de l’extérieur ou se chargent du transport de la marchandise. Il y a les grossistes, ceux qui prennent des quantités en gros et les redistribuent auprès des commerçants détaillants. Ces derniers, aussi, les livrent à des boutiques spécialisées dans la vente de la friperie, dans les marchés, à des particuliers et surtout à des vendeurs ambulants qui gagnent leur vie en faisant du porte-à-porte avec leurs marchandises.
Imaginez combien de milliers de personnes vivent dans ce commerce!

Toutefois, on peut noter que la friperie cache la vue sur nos produits textiles locaux. Raison pour laquelle certains trouvent qu’elle piétine nos valeurs culturelles (habillement traditionnel), notre héritage culturel. D’une part, c’est vrai.
Mais d’autre part, j’ai envie de dire que c’est des combats inutiles que de s’en prendre à la friperie alors que des boutiques de prêt à porter de grandes marques internationales s’implantent chaque jour de plus dans nos pays. Et le pire, c’est que nous-mêmes Africains, nous sommes prêts à débourser des sommes colossales dans ces boutiques? Où est la logique?

Et vous qui êtes en train de lire cet article?
Je parie que vous êtes habillés en tenue moderne. Comment l’ai-je deviné? 😂 ne cherchez pas loin, je le sais tout simplement 😎.
Et si ce n’est pas le cas, pourriez-vous passer une semaine sans porter de tenue moderne?
On connaît tous la réponse.

Quelqu’un m’a dit que l’Afrique n’est pas la poubelle de l’Europe. Ici ce n’est pas la raison qui parle, c’est l’ego qui parle. J’ai envie de dire que ce n’est pas l’Europe seulement, presque tous les continents importent. Et puis, même dans les pays développés, des gens portent de la friperie. Et surtout que beaucoup de personnes n’ont pas les moyens de s’offrir plus que ça. On est dans un pays pauvre en voix de développement, qu’on l’assume.

crédit photo Fatim Toure

En conclusion, je crois qu’en tant que jeunes soucieux d’impacter sur sa communauté, nous devons faire la part des choses. Qu’on ne se trompe pas de combat. Certes la friperie ralentisse le commerce de nos produits locaux(habits…). Mais force est de reconnaître qu’elle génère de l’emploi aussi. Je respecte la décision de ceux qui veulent que l’État interdit l’importation de la friperie mais alors je me pose une question, qu’est-ce que l’État fera pour ces milliers de personnes qui perdront leur emploi via ce secteur, comment est-ce que l’État va compenser tous ces chômeurs? Il faut le dire, déjà que la situation est critique dans le pays, le taux de chômage augmente de plus en plus, trouver un boulot pour subvenir à ses besoins et a celui de sa famille est extrêmement difficile.

Pour ma part si l’État veut interdire la friperie qu’il mette en place un système pour offrir plus d’emploi aux citoyens.
En ce qui concerne la friperie, je ne vois juste un moyen digne de gagner sa vie en facilitant à la classe moyenne de pouvoir s’habiller avec ses moyens. En ce qui concerne l’héritage culturelle de l Afrique, la friperie n’est pas la seule chose qui la menace. Que ça soit la friperie ou pas, la majorité de la population s’habillera en tenu moderne et le pire c’est que presque tout nos produits sont importer d’ailleurs.
le jour où l’État pourra compenser ces personnes qui vivent de cette entreprise, je serais à 1.000 •/• de bannir ce commerce.

Toutefois, des stylistes comme mon ami qui appelle de ses vœux qu’ on(L’Etat) interdise son importation, c’est leurs intérêts égoïstes qu’ ils cherchent à protéger mais je les comprends.
Alors mes chèr(e)s lecteurs(trices), qu’en pensez-vous?
L’État doit-il interdire l’importation de la friperie ou mieux, la réglementer?


L’Afrique des jeunes leaders: Syntia Guilaine du Gabon

Crédit photo Fatim Toure

Être une femme, c’est endosser une responsabilité de multitalents.
Jadis, les femmes intellectuelles et ambitieuses n’avaient pas vraiment le temps ni l’envie de prendre soin d’elles. Elles étaient tout le temps, le nez fourré quelques parts . Or une vraie femme, c’est celle qui malgré ses responsabilités et ses engagements s’évertue à prendre soin d’elle et soin des autres… Synthia Guilaine a bien compris cela. Aussi dévouée qu’intelligente, elle a tant bien que mal jonglé ses études et sa passion qui sont des domaines diamétralement opposés. Suivez-moi dans ce billet Spécial Syntia Guilaine.
Qui est Synthia Guilaine?

Crédit photo Syntia Guilaine

Je suis Syntia Guilaine IBINGA de nationalité gabonaise, j’ai 28 ans. Étudiante à l’Université Omar Bongo au département de CHAIRES UNESCO en parcours anthropologie linguistique et patrimoine. En parallèle je fais de l’esthétique (coiffure et maquillage). Je vis à Libreville, capitale politique du Gabon. Le Gabon est un pays très attrayant et un idéal site touristique grâce à son domaine côtier, forestier qui donne au célèbre parc national de Loango, par une faune variée, de gorilles et d’hippopotame, en passant par les baleines.

Pourquoi le programme YALI?

Crédit photo Syntia Guilaine

je découvre le Centre Régional de Leadership, Yali Dakar, par le biais d’un frère, un alumni dudit centre. Lorsque je me suis inscrite au YALI, je prenais cela, plus pour une aventure qu’un moment pendant lequel je devrais acquérir des connaissances qui devraient bouleverser le cours de ma vie. La raison principale qui m’a amené à m’inscrire au Yali est d’abord la découverte : j’aime bien sortir de mon lieu de confort et aller à la rencontre d’autres peuples. Découvrir d’autres cultures et oser les épouser pour améliorer ou encore apporter une touche particulière à mon quotidien.
La deuxième raison était d’avoir des connaissances qui devraient me permettre de mettre sur pieds un de mes projets qui me tient beaucoup à cœur.

Quel est ton projet et pourquoi ce projet?

Crédit photo Syntia Guilaine

mon projet porte sur l’événementiel. Création d’une structure qui offre des services professionnels dans l’organisation d’événements tels que les mariages, anniversaires, cocktails, conférences… Il répondra au soulagement des clients de manière satisfaisante par la condensation des services demandés.
Nous remarquons que l’événementiel est un secteur qui prend de l’ampleur dans le monde et il y a plus d’amateurs que de professionnels. Mais si nous voulons porter notre pays au premier rang en matière d’évent, il est temps que des personnes se lèvent avec des idées innovantes et satisfaisantes, pour faire voyager les clients au cœur de leur rêve, au même titre que tous les autres « Events, IB Event & Services » s’inscrit sur cette voie.

Qu’as-tu appris de plus au YALI?

Crédit photo Syntia Guilaine

Une des choses que je n’ai apprise nulle part ailleurs si ce n’est au Yali : les différentes formes de Leadership qu’on retrouve au monde. De cet enseignement il ressort que je suis habitée d’un Leadership visionnaire. Cela repose sur le sens élevé d’imagination et de créativité que j’ai. La recherche perpétuelle des nouvelles idées ou façon de bien faire les choses. Le fait d’inspirer les autres avec ma vision du futur… Mais je partage aussi quelques traits avec ceux qui ont un Leadership personnel, collaboratif et organisationnel. Autre chose, c’est sur le développement personnel, un cours qui m’a emmené à reconnaître ce que je suis véritablement, à revaloriser mes capacités et à apprendre de mes erreurs, de mes expériences pour mieux affronter l’avenir.

Quels sont tes moments forts de l’aventure?

Crédit photo syntia guilaine

Le moment fort que j’ai vécu dans cette merveilleuse aventure était celui de nous quitter. Alors là, après cinq bonnes semaines passées ensemble, nous sommes venus chacun d’horizons divers, nous avons appris à vivre ensemble, à tout partager, et à nous accepter malgré nos différences culturelles. Nous étions déjà une famille, et en fin de compte on devait se quitter et retrouver nos pays respectifs. Je n’en revenais pas, c’est comme si on m’annonçait le décès d’une personne chère. J’avais pleuré au point où j’avais du mal à sortir de ma chambre pour dire au revoir aux premiers à partir. J’ai déjà pris part à des activités communautaires, mais le Yali est la plus grande que j’ai vécue jusque-là, de par son dynamisme, son esprit d’équipe, des personnes de bons cœurs prêtes à voir les autres sortir de leur coquille comme Frédérique, Brice, Tiphaine et bien d’autres, à qui je fais un banc d’amour. Yali yeeeeeeh ! Yali yaaaaaaaah!

Quel est ton message pour les jeunes d’Afrique?

Crédit photo Syntia Guilaine

Une seule chose: ce que nous attendons voir à accomplir dans nos nations ne se fera pas absolument par les personnes sur qui nous comptons. Que chaque jeune prenne conscience qu’il est la lueur d’espoir de son pays et qu’il a beaucoup à donner qu’à recevoir pour le changement positif de son pays. Alors tous comme les maillons d’une chaîne, levons-nous et prennent des risques car cela affectera assurément nos communautés.


L’Afrique des jeunes leaders : Micaël Dossou du Bénin

C P Mika

Ah le YALI et ses pouvoirs mystiques. Le jeune homme dont je vais vous parler aujourd’hui est mon petit coup de cœur. Déjà de vue je l’ai tout de suite apprécié. Gentil, adorable il a conquis plus d’un cœur( en lisant cet article vous saurez pourquoi je suis juste tombée sous son charme). Mika! Le Prince! C’est comme cela qu’on aime l’appeler au YALI. Aussi surnommé le chouchou du YALI, ce jeune homme est mûr par rapport à son âge. C’est le genre de personne qui est très heureux d’avoir un impact positif dans la vie d’autrui. Pour lui, voir les autres heureux, leur donner la joie, les faire rire, les aider à évoluer lui procure le bonheur. Micaël est un ambitieux jeune homme qui ne recule devant rien. Ça a été un immense honneur pour moi de rencontrer celui qui a raflé pas mal de distinction du haut de ses 22 ans. Je vous invite à faire plus amples connaissances avec lui.

Qui est Micaël Dossou?

Crédit photo Micael

Je m’appelle Micaël Djaou DOSSOU, âgé de 22ans. Je suis béninois. Activiste des droits humains, j’ai étudié le droit Public à l’Université d’Abomey-Calavi ( Bénin). Je suis Assistant de la présidente de l’ONG Union pour le Développement Social et la Paix (UDSP Bénin). Membre de plusieurs associations dont Youth Ending Hunger qui est une association chapeautée par une ONG japonaise Hunger Free World où je suis le secrétaire général. Je suis vice-président de la Commission de plaidoyer de International Model Diplomats for Integrated Development (IMDID Bénin). Je suis aussi expert associé au Ministère de la décentralisation et des réformes administratives dans le gouvernement des Jeunes du Bénin. Et membre de l’association des jeunes juristes du Bénin. Ma carrière envisagée est d’être Diplomate.
Comme hobbies, j’adore le voyage, le football, la musique, la découverte, la natation. Mon pays le Bénin est un très beau pays de l’Afrique de l’ouest, d’environ 11 millions d’habitants, référence de la démocratie et connu du monde par la paix qui y règne depuis des années.

Pourquoi le programme YALI?

C P Mika

Étant jeune passionné de la découverte, qui veut renforcer ses capacités, et porteur de plusieurs projets, j’ai entendu parler du YALI en novembre 2016 lors du lancement du Mandela Washington Fellowship de l’année auquel j’ai postulé puis recalé par la suite à l’entretien à l’ambassade des USA du Bénin. Alors dans la foulée j’ai entendu parler du YALI régional en juin 2017 et je me suis dit pourquoi pas?

Quel est ton projet et pourquoi ce projet?

C P Mika

Mon projet est dans le domaine de la santé et a pour objectif global promouvoir le droit à la santé et faciliter l’accès aux soins de santé. Ce projet, parce que malgré les efforts du gouvernement de mon pays, le secteur de la santé reste celui qui a plus de problèmes que tous les autres secteurs. Alors je me suis dit que dans un monde où l’assurance santé n’existe pas, l’accès aux soins de santé reste un calvaire, et coûte cher, je dois faire quelques choses. D’où mon projet les Centres de santé communautaire et Humanitaire qui à pour phase pilote Le Centre de santé mobile.
Ce projet dans sa phase pilote aura d’après l’étude du marché un impact géographique de 77 communes, en touchant 31% de la population béninoise et un impact économique d’environ 17.050.000.000 francs CFA d’économie aux familles pauvres pour ne citer que ces impacts.

Qu’as-tu appris de plus au YALI?

C P Mika

Le YALI fut une très belle expérience. J’ai appris assez du YALI. La formation en Civic Leadership que j’ai reçue est celle dont j’avais vraiment besoin. J’ai découvert les qualités et capacités qui étaient en moi. Le YALI m’a permis de dépasser l’étape à laquelle j’étais avant ma participation. Grâce au YALI j’ai acquis des notions de leadership à travers le partage d’expériences, des participants, ainsi que ceux des facilitateurs. Un coucou à Monsieur Kitoyi et Monsieur Sydi pour le soutien.
Le YALI m’a fait gagner une famille dans 16 pays d’Afrique en quelques semaines. C’est énorme car je ne pense pas que ma carrière diplomatique me donnera ce cadeau en quelques semaines 😅😅😅😅😅
Quels sont tes moments forts de l’aventure?

C P Mika

Les moments forts de l’aventure furent d’abord la retraite. J’ai adoré cette technique très efficace et rapide pour l’intégration et le rapprochement❤ . Je me rappelle encore de ces émotions très fortes lors du cours où chacun devait raconter son histoire. Ces soirs dans le jardin du Cesag à parler de tout et de rien. Ce fut les moments de partage d’expérience.

C P Mika

Je me rappelle aussi de nos sorties week-end 😂😂😂😂😂 . Ces soirées où on devait rendre nos travaux individuellement par mail. Les soirs où on était débordé par le travail et la cour qui était quasiment vide 😂😂 . Ces soirs de fête dans le jardin animée par les Mauritaniens, les Capverdiens. Les jeudis karaoké etc.. Je me rappelle aussi des soirées fou rire dans ma chambre (101) avec les autres et surtout la danse de mon binôme de chambre Enriké Bakalé le seul équato-guinéen et la chute du lit de Aléousa Fernández 😂😂 . Chaque instant fut un moment fort.
Je vais remercier mes 5 protectrices qui étaient tout le temps là pour moi. ☺☺☺☺Désormais j’ai une soeur au Mali, à Sao Tomé, au Bénin, au Burkina Faso et en Mauritanie.😘😘😘😘 Merci aux Guinéen aussi qui me faisaient rire à la montée du stress. Merci aux autres sans oublier Adriel le bébé YALI et sa mémé.
Quel message as-tu à passer aux jeunes Africains?

C P Mika

Mon message aux Jeunes Africains est de ne plus croire que l’aide et le développement viendront d’ailleurs. C’est à nous de relever ce continent, notre patrie et de le hisser au sommet. Il est temps de changer de mentalité. De se lever et de travailler dur pour la bonne gouvernance et le partage équitable de nos ressources. L’heure de la victoire c’est maintenant alors arrêtons de rêver, de juste penser, de développer des théories à ne point en finir mais de poser des actes.

C P Mika

Nous sommes à l’ère des actions alors à chacun dans son pays, sa ville, son village, son quartier, sa maison, sa chambre, pose une action de développement et partage avec les autres. Si nous voulons le changement, changeons nous-mêmes. Si nous voulons le développement, développons-nous, nous-mêmes. Si nous voulons l’évolution, évoluons nous-mêmes. Que personne ne vienne nous corrompre de prendre les armes ou d’aller voir ailleurs. Cultivons la paix, le pardon et l’humilité. Vive l’Afrique! Vive la jeunesse africaine.


L’Afrique des jeunes leaders : Adama Goni du Niger

Douce, gentille, Sympathique mais surtout très discrète, Adama Goni est une parfaite entrepreneuse. Douée et intelligente, c’est le genre de femme qui atteint ses objectifs sans le crier sur tous les toits. J’ai adoré mes cinq semaines de formation au YALI avec elle, partageant ainsi le programme de civic leadership. Pour en découvrir plus sur cette brave dame, je vous prie de suivre ce portrait fait sur mesure.

Qui est Adama Goni?

Credit photo Adama Goni
Credit photo Adama Goni

Je m’appelle Adama Goni Ari. Je suis Nigérienne âgée de 24 ans. Je suis titulaire d’une licence en gestion des Ressources Humaines et cette année je fais le master 2. J’ai effectué des stages dans des institutions comme Épicentre et Ecobank. J’ai aussi participé à des renforcements de capacités en entrepreneuriat des jeunes et en leadership. Et maintenant Alumni de la session huit du YALI Dakar en programme Civic leadership. Grande passionnée de la lecture et de la danse, j’aime beaucoup voyager.Mon pays le Niger, possède une grande diversité culturelle, de grands sites touristiques comme le désert du Sahara, le parc du W, le musée national, et bien d’autres.

Pourquoi t’es-tu inscrite au programme YALI?

Credit photo Adama Goni

Je me suis inscrite au programme Yali pour renforcer mes capacités en leadership et avoir des compétences d’un vrai leader. Ainsi, je pourrais mieux me perfectionner pour la mise en place et la gestion de mon projet personnel.

Quel est ton projet?

Mon projet porte sur la formation professionnelle des jeunes filles déscolarisées. Mon choix a été porté sur ce projet parce que je voudrais que ces jeunes filles soient utiles pour leur communauté et surtout autonomes financièrement. Au lieu de faire des dons par exemple, il vaut mieux les outiller pour une carrière professionnelle.
L’impact que ce projet aura sur la société est que la débauche chez les jeunes filles sera réduite et aussi le chômage puisque ces filles une fois formées travailleront pour elles-mêmes ou bien pour d’autres.

Qu’às-tu appris au YALI?

Credit photo Adama Goni
Credit photo Adama Goni

Au YALI j’ai surtout appris le partage. Avec les camarades venues de plusieurs pays, on a partagé nos émotions, nos joies, nos points de vue. Aussi, j’ai appris que quelle que soit la difficulté d’une chose, il ne faut jamais abandonner si on veut atteindre ses objectifs.
En réalité, j’ai appris tellement de choses que je ne peux pas tout vous citer.
Quels sont tes moments forts de l’Aventure?

Credit photo Adama Goni
Credit photo Adama Goni

J’ai passé tellement de moments forts et d’intenses émotions dans cette aventure, mais ceux qui me tiennent le plus à cœur c’est la retraite pendant la 1ère semaine car elle m’a permise d’échanger avec d’autres participants qui auparavant m’étaient inconnus, ensuite la visite à Gorée, l’atelier avec l’ex-ministre de la culture, la balade en pirogue au lac rose, la soirée culturelle et tant d’autres.

Quel message as-tu à passer aux jeunes Africains?

Credit photo Adama Goni

En tant que jeune, le message que j’ai à lancer à mes frères et sœurs africaines, c’est de toujours persévérer et de ne jamais lâcher dans la prise de leurs initiatives pour le développement de notre continent. Et surtout d’être engagés pour notre Afrique. C’est à nous de la bâtir, personne ne le fera à notre place. Il est temps d’agir.