Et pourtant, je suis une vraie africaine!

Sharing is caring!

Dans la salle d’attente d’une entreprise, j’ai involontairement assisté à une discussion assez déplaisante.
Deux hommes qui, au cours d’une discussion, ont vu une femme passer, s’en est alors suivi une conversation, du genre :
waouw en voilà une vraie femme africaine! Avec ses rondeurs et tout ce qui va avec, dit l’un.
hum… vraiment! Avec sa couleur ébène qui ne fait pas défaut, ajouta l’autre.
Et ils se sont mis à rire aux éclats.
Sans être invitée à prendre part à la discussion, ma curiosité m’a poussée à aller vers ces deux hommes. Je tenais en effet à ce que ces soit-disant « spécialistes de la femme »  m’éclairent sur le genre de femme que je suis, et dans quelle catégorie je me trouve…

Résultat (tenez-vous bien) :
Selon eux, les femmes comme moi, sveltes, minces et un peu bronzées ne sont pas la référence d’une vraie beauté, typiquement africaine!

Bon! Sur le coup j’ai assimilé ces réponses avec calme et délicatesse, émettant un petit rire ironique en signe d’incompréhension. Mais j’avoue que ces confessions m’ont tout de même un petit peu vexé.

Est-ce de ma faute si je ne réponds pas aux critères de la majorité ?

Mais le problème, c’est que beaucoup de personnes, hommes comme femmes, pensent comme eux.

Pourquoi catégoriser?

L’Afrique est un continent qui regroupe diverses typologies de personnes. Il est donc impossible que l’on soit tous pareils !
Au Mali par exemple, nous avons  une douzaine d’ethnies : Peulhs (mon ethnie), Senoufo, Sonrhai, Bozo, Maure, Kasonkeh, Soninké, Dogon, Bambara, Malinké, Tamasheq et Bobo. Chaque ethnie a ses caractéristiques, les ethnies ne se ressemblent pas, nous sommes différents les uns les autres.

L’ethnie Peulhe à elle seule rassemble plusieurs couleurs de peau. Il y a les Peulhs noirs, les Peulhs clairs, parfois très clairs même. Il y a aussi les Peulhs métissés issus du mélange des deux précédents. Aucune couleur de peau n’est plus Peuhl que l’autre, tous représentent la même entité.

Les Peulhs sont surtout reconnus pour leurs poids très très légers. Dans la société malienne, à travers le cousinage (qui est une plaisanterie de second degré entre les ethnies) il se dit qu’un Peulh normal ne dépasse pas <25 kg>, rigolo n’est ce pas ? Alors qu’aujourd’hui vous verrez des Peulhs en surpoids.

Certaines femmes prennent un malin plaisir à rabaisser d’autres par ce que ces dernières ne sont pas dans une catégorie donnée.
Hormis les ethnies, que fait-on des femmes blondes (naturellement), des albinos, des femmes avec un nez très fin, des femmes très claires, naturel de peau. Et les femmes d’Afrique avec des yeux bleus ou verts ? Où mettre ces personnes si spéciales ?

Une vraie femme africaine

Selon moi, être une vraie femme africaine ne dépend pas du style ou de la couleur de peau (même s’il faut reconnaître que socialement et culturellement c’est un marqueur qui compte beaucoup). Nous ne sommes pas seulement cet habit traditionnel que l’on porte à une occasion spéciale. Nous ne sommes pas seulement cette couleur noire à la fois adulée et controversée. Ce qui définit une vraie femme africaine c’est son comportement et ses valeurs. L’essence divine qui nous a été léguée par nos ancêtres et qui fait de nous des êtres tellement spéciaux, différents, uniques. Une vraie femme africaine, c’est aussi celle qui va vers d’autres horizons mais sans oublier d’où elle vient, parce que la femme africaine sait résister à la dénaturation. La femme africaine, c’est celle qui n’oublie pas ses repères.

L’habit ne fait pas le moine

Crédit Photo Fatim Toure
Crédit Photo Fatim Toure

Oui, je suis Fatimata Toure. Je suis mince comme une mannequin. Non, je n’ai pas de formes généreuses qui pourraient détourner le regard des amateurs de popotins. J’aime souvent m’habiller en jean et t-shirt. Mes cheveux ne sont pas crépus, je porte souvent des extensions. Et j’avoue, à mon âge, j’ai toujours du mal à bien nouer mon pagne. Non je ne suis pas noire comme l’ébène, et je m’excuse si je ne suis pas aussi noire qu’il le faudrait, mais cela n’est pas de ma faute après tout…

Et pourtant je suis une vraie femme africaine!

Savez-vous pourquoi je suis une vraie femme africaine? Parce que mon père est africain, ma mère est africaine, mes origines sont en Afrique, mes ancêtres ont battu ce continent à la sueur de leur front et j’en suis tellement fière. J’aime cette Afrique qui, en retour, m’aime aussi. Je connais cette Afrique qui m’a vue naître, qui m’a forgée et qui me fascine par tant de culture et de diversité. J’aime énormément cette Afrique même si je rêve d’aller faire un tour sur d’autres continents.

À toutes celles et à tous ceux qui sont persécutés pour leur couleur de peau ou leur morphologie :
Sachez que l’apparence ne nous définit pas, c’est la chose la plus éphémère qui existe. La beauté évolue, elle est relative et les goûts ne se discutent pas. À chacun sa préférence mais qu’on ne se permette pas de favoriser certaines personnes pour ensuite en frustrer d’autres. Cela ne correspond à rien, ça n’a pas de sens. Personnellement, je crois que nous devrions voir bien au-delà des apparences. Nous devrions nous voir telles que nous sommes vraiment.

Nous devrions nous accepter les uns et les autres malgré nos différences.

Restez vous-mêmes les filles, ne changez pas pour les gens. Aimez-vous car vous êtes belles telles que vous êtes, peu importe votre couleur de peau et votre morphologie. Vous êtes des enfants de l’Afrique par vos actions et non par l’apparence. N’acceptez pas que les autres vous collent une étiquette ! Après tout, c’est vous qui savez qui vous êtes, et ce n’est à personne de déterminer qui nous sommes.

Sharing is caring!

20 Comments

  1. Coulibaly

    vraiment j’ai aimer l’article surtout courage

    Répondre
    1. alteregofatim

      Merci Beaucoup mon frère. c’est gentil.

      Répondre
  2. Traoré Djibril

    Hahah Mdr une africaine cette question intéresse plus nous les hommes que tout le monde mais il faut savoir qu’être africaine c’est tout dabors avoir la peau NOIR comme Haoussa « FARAFING QUOI  » Mais on peut aussi aperçu des filles avec la peau claire comme zoulimatou et les hommes comme nous sommes avons nos goût et le choix mais être un BGM ( beauté génétiquement modifié comme fatim est aussi le goût d autre. Alors je dirais être africaine d’Afrique noir est de reste comme on est né voilà c’est ça qui la !!!!

    Répondre
    1. alteregofatim

      Merci d’être passé mon fou heureux, c’est toujours un Plaisir pour moi, quand tu laisses tes empreintes sur mon blog. MDRRRR Tu sais que je t’aime norrrrr Djibril Traore.

      Répondre
    2. Oumar

       » We didn’t come here to master unconditional love. We came here to learn personal love. Universal love. Messy love. Sweaty love. Crazy love. Broken love. Whole love. Infused with divinity. Lived through the grace of stumbling. Demonstrated through the beauty of. ..messing up. Often.You didn’t come here to be perfect. You already are. To be gorgeously human. Flawed and fabulous. And then to rise again into remembering. But inconditionnel love? stop telling that story. Love, in truth, doesn’t need ANY other objectives. It doesn’t require modifiers. It doesn’t require the condition of perfection. It only asks that you show up. And do your best. That you stay present and feel fully. That you shine and fly and laugh and cry and hurt and heal and fall and get back up and play and work and live and die as YOU. It’s enough. It’s plenty. »

      Répondre
      1. Oumar

        My dear Fatim, Hope you’ll like this wonderful words inspired by Courtney A. Walsh

        Répondre
        1. alteregofatim

          yes Oumar.
          it’s very interesting and I love it.
          So inspiring.
          Thank you very much.

          Répondre
      2. alteregofatim

        Wow Oumar.
        Really moving text.
        if only people can see beyond appearance, the world would be better.
        thank you for making me discover this hidden beauty of the human being.

        Répondre
  3. Garens Jean-Louis
    Garens Jean-Louis

    Euh ! Il me faut une Peulh rare !
    Définitivement, partout, les diktats de la beauté asservissent les pensées.
    Petite anecdote : Quand Raquel Pélissier est allée représenter Haïti au concours Miss Univers 2016, certains se se sont amusés à dire qu’elle ne représente pas la femme haïtienne qui est censée avoir la peau couleur noire d’ébène et les cheveux crépus. Pourtant, elle est née, a grandi au pays. C’est partout pareil. Parfois, je me demande si ce n’est pas le revers de la médaille de l’afro-féminisme ???

    Répondre
    1. alteregofatim

      Mdr…. Alors Garens tu es au bon moment et au bon endroit, une peulh plus rare que moi, tu n’en trouveras pas ailleurs hhhhhh…..
      Euh oui tu as raison, effectivement cette catégorisation est partout. C’est à nous de changer la donne et surtout donner plus d’ouverture à nos compatriotes. Merci beaucoup.

      Répondre
  4. DOSSOU

    C’est fou que de réduire la femme africaine à des diktats physiques. Il n’est pas rare de remarquer que des filles nées des mêmes parents ont des couleurs de peau différentes. Ça c’est l’Afrique, celle des mystères de la procréation.
    Je pense que la femme africaine doit être remarquée quant à son caractère, rien et rien que ça. Tout le reste est subjectif.

    Répondre
    1. alteregofatim

      Isiel Dossou, tu as touché à un point important ici, je suis tellement d’accord avec toi. C’est vrai, des personnes de la même famille peuvent être tellement différentes. Nous devons mieux réfléchir et voir au-delà des apparences. Merci beaucoup.

      Répondre
  5. Marike

    1)Aber sicher ist die Aussage so gefallen, das war der Kern der Begründung. 2) Ich weiß nicht was ihre anderen Sätze mit Rassismus zu tun haben, das bezieht sich normalerweise auf Herkunft, Ethnie, Hautfarbe bigott mögen einige der Sätze eventuell sein, aber es fehlt allen die Schlussfolgerung und insbesondere das hineinstecken von Menschen die nicht aufgrund ihres Verhaltens sondern einer anderen (insbesondere nicht zu ändernden/nicht gewählten) Gemeinsamkeit der gruppe zugerechnet werden. 3) Man kann als Betreiber einer Einrichtung wie der Essener Tafel bestimmte Entscheidungen treffen, um den Laden am Laufen zu halten, unabhängig davon welche Meinungen man persönlich vertritt. » Natürlich, das habe ich auch vorher ausdrücklich festgestellt. Und ich und jeder andere kann darauf antworten und ebenfalls eine Meinung dazu abgeben Kritik ist kein Strafverfahren. Insbesondere zum letzten Punkt empfehle ich den neuen Artikel von Stefan Sasse, der meine generelle Haltung zum Thema ziemlich genau trifft.

    Répondre
    1. alteregofatim

      Mais certainement la déclaration était comme ça, c’était le noyau du raisonnement. 2) Je ne sais pas ce que leurs autres jeux ont à voir avec le racisme, qui se réfère généralement bigot sur l’origine, l’origine ethnique, la couleur de la peau peut être éventuellement quelques-unes des phrases, mais ne dispose pas toute la conclusion, et en particulier l’insertion des personnes non pas à cause de leur comportement mais à un autre (en particulier ne pas être modifié / non sélectionné) on attribue des points communs au groupe. 3) En tant qu’exploitant d’un établissement tel que le Essenes Tafel, vous pouvez prendre certaines décisions pour que le magasin fonctionne, quelles que soient les opinions que vous représentez personnellement. « Bien sûr, je l’ai explicitement déclaré auparavant. Et moi et tout le monde peut répondre et donner aussi une opinion La critique n’est pas une affaire criminelle. En particulier pour le dernier point, je recommande le nouvel article de Stefan Sasse, qui rencontre mon attitude générale sur le sujet à peu près.

      Répondre
    2. alteregofatim

      Marike
      sich von anderen zu unterscheiden, ist eine andere Form von Rassismus. Vielen Dank.

      Répondre
  6. Pingback: Les pépites de Mondoblog : femmes d'exception, femmes d'exclusion — Mondoblog

  7. Monique laure

    Beau billet, les gens doivent se défaire de ces idées préconçues. Il n’y a pas de moule pour fabriquer les personnes

    Répondre
    1. alteregofatim

      Monique Laure, alors ton commentaire me laisse bouche bée, tellement il est vrai… j’aurais dû mentionner cette petite phrase dans mon billet lol.
      Merci beaucoup. ❤

      Répondre
  8. Alassane Coulibaly

    Déconstrution de fantasmes masculins sur une question identitaire aussi cocasse que « la vraie femme africaine » 🙂

    Répondre
    1. alteregofatim

      hahaha…
      Très drôle Alassane Coulibaly, Mais j’avoue que c’est vrai.
      Tout ceci part d’un fantasme. Mais les gens oublient qu’on ne pourra jamais être pareil.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *